AccueilBase documentaireLa transition énergétique et la production d’électricité : la face cachée de la loi « LTE »

La transition énergétique et la production d’électricité : la face cachée de la loi « LTE »

  • Publié le 8 février 2015
Jean-Pierre Pervès
  • Changement climatique
  • Electricité
  • Energie dans les transports
  • Gaz à effet de serre
  • Nucléaire
  • Climat
  • Science et technologie
  • Eolien et solaire
  • Taxes et quotas
  • Production d’énergie
  • Règlementations
  • La Transition Energétique

Une étude de Jean-Pierre Pervès à télécharger :
www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/etudes/Analyse de la LTE.pdf

Résumé  de l’étude

Un élément très médiatisé de la loi sur la transition énergétique (LTE) est l’engagement du Président de la république de réduire d’un tiers, à 50%, la contribution de l’énergie nucléaire à la production d’électricité en 2025 en développant les énergies renouvelables électrogènes : cette orientation figure clairement dans le projet de loi, associée à un objectif de 40% d’EnR en 2030 et à une limitation à 63 GW, niveau actuel, de la puissance nucléaire installée. Or les déclarations de Ségolène Royal, Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, dans l’Usine nouvelle N° 3406 du 13 janvier 2015 soulignent l’importance de notre programme nucléaire dans la lutte contre les gaz à effet de serre (GES), nucléaire grâce auquel la France a déjà réalisé une part importante de la transition énergétique : nos émissions de gaz carbonique du secteur électrique sont seulement de 33,9 millions de tonnes en 2013 pour une production de 551 TWh, soit 61,5 g/kWh. A titre de comparaison en Allemagne, qui a déployé un vaste parc d’énergies renouvelables électrogènes, supérieur en puissance à notre parc nucléaire, le secteur électrique a émis 477 g/kWh.

ETUDES SCIENTIFIQUES

Imprimer E-mail