AccueilBase documentairePropositions pour un programme énergétique et écologique

Au moment où l'Europe s'interroge sur la durabilité des énergies, Sauvons le Climat s'associe à une lettre ouverte aux ministres

  • Publié le 16 décembre 2019
Éric MAUCORT
  • Changement climatique
  • Développement durable
  • Electricité nucléaire
  • CO2 et GES

Au moment où l'Europe s'interroge sur la durabilité des énergies, Sauvons le Climat s'associe à une lettre ouverte aux ministres

 

Les discussions sont intenses à Bruxelles sur la taxonomie, c'est à dire la définition des énergies « durables » qui relèveront des mécanismes de financement européens. L'énergie nucléaire est tout particulièrement attaquée, en particulier par les pays qui sont dépendants du gaz naturel. C'est pourquoi Sauvons le Climat s'est associé à cette lettre ouverte adressée aux ministres de l'environnement et qui regroupe de nombreux et prestigieux signataires dans toute l'Europe. Une analyse complète de la durabilité de l'énergie nucléaire est associée à cette lettre ouverte : elle est disponible, (suivre lien) en anglais sur le site de Sauvons le Climat.

           Lien vers la Lettre publiée sur le Financial Times : FT letter 17.12.19

Lien vers l'analyse complète de la durabilité de l'énérgie nucléaire : Sustainable_Nuclear_consultation_web_pages

Voici le texte préparé sous la bannière de weCARE, publié sur le Financial Times du 17 décembre 2019 : traduction française, suivie du texte original et de la liste des signataires :          

Traduction française :

              L'énergie nucléaire est aujourd'hui le plus important mode de production d'électricité décarbonée en Europe. Son rôle essentiel face à l’urgence climatique est reconnu dans de nombreux scénarios du Groupe d’experts inter-gouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et d’autres organisations. >>>         

             Il est donc vital que l’énergie nucléaire soit incluse dans le nouveau mécanisme européen de classification des activités durables sur le plan environnemental, qui est en cours de négociation à Bruxelles. La « taxonomie » est censée indiquer clairement aux gestionnaires de fonds et aux investisseurs quels produits sont écologiquement durables et lesquels ne le sont pas. Pour que cette démarche atteigne son but, qui est d'augmenter le volume de capital financier dirigé vers les activités durables, les investisseurs doivent être certains avoir confiance dans le fait que la définition d’une activité durable est rigoureuse, robuste et objective.

            Cependant, les avancées sont entravées par plusieurs pays, parmi lesquels l'Allemagne, qui déclarent que l'énergie nucléaire devrait être exclue, du fait de leurs inquiétudes concernant les déchets nucléaires. Cette position va à l’encontre de preuves indiscutables que les déchets nucléaires ne produisent pas, et ne produiront pas de dommages vis-à-vis des objectifs de durabilité.

            De fait, l'énergie nucléaire se substitue aux combustibles fossiles, avec pour conséquence un bénéfice significatif pour la pollution de l'air et le climat. Sans énergie nucléaire, l'Europe émettra un demi-milliard de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année, soit plus que les émissions de la seule Grande Bretagne ou de la France. Sans énergie nucléaire, notre action pour le climat sera plus difficile, plus coûteuse, et plus susceptible d'échouer. C’est l’ambition européenne d’atteindre la neutralité carbone en 2050 qui serait la vraie perdante.

 

Texte original :

                 Nuclear power is the single biggest source of low carbon electricity in Europe today and is recognised by the Intergovernmental Panel on Climate Change, the IEA and other organisations as having an essential role to play in responding to the climate emergency.

                It is therefore vital that nuclear is included in the EU's new classification system for environmentally sustainable activities which is currently being negotiated in Brussels. The "taxonomy" is supposed to provide clear definitions to fund managers and investors about which products are environmentally sustainable and which are not.  For this initiative to serve its purpose, which is to increase the volume of financial capital flowing to sustainable activities, financiers must have confidence that the definition of a sustainable activity is developed with rigour, robustness and in an objective way.

                However, progress is being blocked by several countries, including Germany, who claim nuclear should be excluded because of their concerns about nuclear waste. This is in spite of clear evidence that nuclear waste does not and will not cause harm to sustainability objectives.

                In fact, nuclear energy displaces fossil fuel use with significant air pollution and climate benefits. Without nuclear, there will be half a billion tonnes of extra CO2 emissions every year in Europe, which is more than the emission of UK or France alone.  Without nuclear, our action on climate will be more difficult, more expensive, and more likely to fail. The real harm done will be to Europe's ambition to achieve net zero by 2050.

 

Signataires :

Dr James E. Hansen, Climate Scientist, former director of NASA’s Goddard Institute for Space Studies 

Francois-Marie Bréon, Climate Scientist, lead author for the IPCC Fifth Assessment Report (France)

Hans Blix, IAEA Director General (1981 to 1997), former Swedish Minister for Foreign Affairs (Sweden)

Hon. Jeffrey S. Merrifield, Commissioner, U.S. Nuclear Regulatory Commission (1998-2007) 

Brice LaLonde, former French Minister of the Environment; former French Climate Ambassador; former French Green party leader; French Presidential candidate (1981)

Baroness Bryony Worthington, House of Lords (UK) 

Lord Ravensdale, House of Lords (UK)

José Gabriel González, singer 

Kirsty Gogan, Energy for Humanity (Global)

Eric Ingersoll, Energy Options Network (US)

Michael Liebreich, Liebreich Associates

Professor Jacopo Buongiorno, Massachusetts Institute of Technology (US)

Professor Joseph Lassiter, Retired, Harvard Business School (US) 

Robert Stone, Filmmaker, Director, Chasing the Moon (US) 

Daniel Aegerter, Chair, Armada Investment Group (Switzerland)

Nick Spencer FIA, Gordian Advice (UK)

Dr Janne Gustafsson, Ilmarinen Pension Mutual Insurance Company (Finland)

Gilles Babinet, represents France in the EU Digital Champions group (France)

Atte Harjanne, Member of the Parliament of Finland (Green Parliamentary Group)

Mark Yelland, Greens for Nuclear, Green Party Member (UK)

Staffan Qvist, Author, A Bright Future (Sweden/UK)

Dr. Simon Friederich, University of Groningen (NL) Cofounder German Ecomodernists (Germany)

Amardeo Sarma, Cofounder German Ecomodernists

Tea Törmänen, Chair of Finnish Ecomodernists (Finland)

Take Aanstoot, Founder and Chair, Swedish Ecomodernist Society (Sweden)

Adam Blazowski, FOTA4Climate (Poland)

Marc Deffrennes, weCARE (EU) 

Valerie Faudon, Nuclear 4 Climate (Global)

Myrto Tripathi, Voix du Nucléaire (France)

Éric Maucort, Sauvons le Climat (France)

Claude Fischer Herzog, Les Entretiens Européens (EU)

Paul Bossens, 100TWh (Belgium)

Iida Ruishalme, Mothers for Nuclear (EU)

Rauli Partanen, Think Atom (Finland)

Sebastien Richet, Global Initiative to Save Our Climate (Global)

Dr Jenifer Baxter, CSci MIMMM, CEng MIMechE, Institution of Mechanical Engineers (UK)

Professor Simon Taylor, Judge Business School, University of Cambridge (UK)

Professor Anton van der Merwe Professor of Molecular Immunology, University of Oxford (UK)

Dr T Ben Britton (he/him), CEng, CSci, FIMMM, Imperial College London (UK)

Armond Cohen, Clean Air Task Force (US) 

Josh Freed, Third Way (US)

Todd Moss, Energy for Growth (Global) 

Ted Nordhaus, Breakthrough Institute (US) 

Tracey Durning, Energy Options Network (US)

Suzanne Hobbs Baker, Fastest Path to Zero Initiative, University of Michigan (US)

Jessica Lovering, Carnegie Mellon University (US) 

 

ARTICLES