AccueilBase documentaireAppel des États insulaires du Pacifique

Appel des États insulaires du Pacifique

  • Publié le 28 octobre 2015
SLC
  • Changement climatique
  • Gaz à effet de serre
  • Climat
  • Science et technologie
  • Combustibles fossiles
  • Production d’énergie

"Sauvons le Climat" soutient l'appel des États insulaires du Pacifique :

Plusieurs de ces États, parmi les  premières victimes du réchauffement climatique, s'inquiètent des objectifs modestes des producteurs de charbon, et de l'Australie en particulier

Sauvons Le Climat (octobre 2015)

 

Les dirigeants d’États tels que Tuvalu, les Iles Cook, Palau, Kiribati et Nauru, réunis en session fermée à la veille de la réunion annuelle du forum des îles du Pacifique dont est membre l'Australie, veulent la fermeture des mines de charbon australiennes. Conscients qu'ils n'obtiendront pas facilement une telle mesure, l'industrie du charbon représentant la seconde source de revenus  à l'export du pays, ils demandent au premier ministre australien, Tony Abbott, d'au moins soutenir un moratoire sur l'ouverture de nouvelles mines de charbon en Australie et sur l'extension des mines existantes[1]. Au-delà, ce sont tous les émetteurs de CO2, principalement les États exportateurs et importateurs de charbon qui causent une élévation du niveau des mers et sont indifférents à la disparition de ces cultures insulaires déjà privées de surface agricole utile.

Ces petits états insulaires de très basse altitude seront les premiers affectés par l'élévation du niveau de la mer et les événements climatiques extrêmes. Ils savent que la COP 21 à Paris est leur dernière chance d'obtenir des engagements globaux fermes et décisifs. Ils veulent obtenir un engagement de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui  permette de contenir l'élévation de la température globale à 1,5°C. Ils veulent également  un engagement sur les dédommagements qu'ils pourront demander pour les dommages et pertes encourus et/ou une aide à l'aménagement de protections tels des digues et des mangroves là où c'est possible. L'existence même de nations comme Tuvalu et Kiribati qui ne sont qu'à un mètre au dessus de la mer, est menacée à court terme en cas d'échec des négociations sur le climat à Paris. Ces deux états envisagent d'acheter des terre en Australie ou Nouvelle Zélande pour y installer leurs populations. Kiribati a déjà acheté des terres agricoles à Fidji, pour pourvoir à ses besoins alimentaires[2].

Le ministre des affaires étrangères des Iles Marshall critique avec force l'insuffisance des engagements australiens pour la COP de Paris. L'Australie s'engagerait à une réduction de ses émissions de 26 à 28% à l'horizon 2030, alors que l'agence australienne sur le changement climatique indique qu'une réduction de 40 à 60% serait une cible plus responsable[3]. Les petits États membres du forum des iles du Pacifique attendent plus de solidarité de leur grand voisin mais peinent à se faire entendre."Sauvons Le Climat" partage l'inquiétude des habitants des Iles et soutient leur demande d'action. Toutefois, "Sauvons Le Climat" pense qu’il serait plus réaliste, plutôt que demander une fermeture des mines et interdire l'ouverture de nouvelles mines, de demander à l'Australie d'aider les pays qui lui achètent du charbon à s'équiper de CCS sauf si ces pays disposent des moyens techniques et financiers pour le faire par leurs propres moyens.

 


[1]    http://www.abc.net.au/news/2015-09-08/pacific-island-nations-want-to-shut-down-coal-mining/6756958

[2]    http://www.abc.net.au/news/2015-08-23/pacific-leaders-repeat-climate-warnings/6717878

[3]    http://www.abc.net.au/news/2015-08-11/marshall-islands-slams-australias-carbon-emissions-targets/6688974

COMMUNIQUES

Imprimer E-mail