AccueilBase documentairePropositions de Sauvons le Climat au Grenelle de l'Environnement

Propositions de Sauvons le Climat au Grenelle de l'Environnement

  • Publié le 5 septembre 2007
SLC
  • Electricité
  • Gaz à effet de serre
  • Nucléaire
  • Climat
  • Science et technologie
  • Combustibles fossiles
  • Eolien et solaire
  • Production d’énergie
 
Non invité au Grenelle de l'Environnement, participant en conséquence à l'organisation du colloque "Energies et Effet de serre", "Sauvons le Climat", dans un esprit constructif a voulu faire connaître son point de vue aux participants du groupe 1, présidé par M.Jean Jouzel. Il a donc envoyé le message suivant à ce dernier:
 

Monsieur le Président,

Notre collectif, « Sauvons le Climat », a réfléchi depuis longtemps aux thèmes  du groupe 1 que vous co-présidez. Nous souhaitons vous faire part, de façon concise, du résultat de ces réflexions en vous demandant de bien vouloir les porter à la connaissance de votre co-président, des vice-présidents et des membres du groupe. Les points sur lesquels nous désirons insister particulièrement sont mis en caractères gras.

Veuillez agréer , Monsieur le Président, l'expression des nos sentiments les meilleurs

 

Propositions de " Sauvons le Climat" adressées au
Groupe 1 du Grenelle de l'Environnement.

Atelier n°1 : Transports et déplacements

  • Déplacements urbains - Transports collectifs :
    Développer l'usage des transports doux (vélo, zones piétonnes). Développer l'offre de transport ferroviaire interurbaine et périphérique (TER) grâce à des cadencements suffisants, des tarifs attractifs et une régularité assurée.
  • Infrastructures
    Améliorer le ferroutage et généraliser les terminaux rail-route. Rendre compétitif l'usage du ferroutage par rapport aux transports routiers lourds. Développer le trafic fluvial à grand débit. Reprendre et réaliser le projet de liaison Rhin-Rhône.
  • Report modal - Fret
    Rendre obligatoire la compatibilité rail route pour les nouveaux véhicules routiers lourds, de façon à ce que tous les poids lourds puissent être, à terme, chargés sur les navettes ferroviaires.
  • Véhicules individuels :
    Encourager fortement la diffusion de petites voitures électriques (ou hybrides électriques) ayant une autonomie d'au moins 100 km et une vitesse inférieure à 90 km/h. Généraliser l'échange standard des batteries par les stations services (pleines contre vides). En ville, réserver des places de stationnement équipées de prises de courant aux véhicules électriques. Malus bonus sur les véhicules automobiles avec un fort bonus pour les voitures électriques.

Atelier n°2 : Bâtiment et Urbanisme

  • Etalement urbain :
    Prise en charge des trajets domicile-travail par les entreprises.
  • Rénovation
    Augmenter et réserver les crédits d'impôts aux opérations d'isolation et de mise en œuvre de moyens de chauffage et de climatisation non émetteurs de gaz à effet de serre.Ceci entraîne l'arrêt des subventions au solaire PV(actuellement le crédit d'impôt utilisé pour le solaire PV, sans effet sur les émissions de CO2, n'est plus disponible pour les investissements qui réduisent effectivement les émissions), sauf pour des installations de climatisation d'été.Les moyens de chauffage à encourager sont : le chauffage solaire, les pompes à chaleur, le chauffage biomasse (particulièrement en réseau de chaleur), la géothermie.

Atelier n°3 : Energie et stockage du carbone

  • Maîtrise de la demande
    Il est nécessaire de bien préciser de quoi on parle. S'il s'agit de maîtriser et diminuer la consommation d'énergie finale, par exemple en instaurant des normes exigeantes sur les performances des équipements un consensus est relativement facile à établir. Il n'en n'est pas de même pour ce qui concerne l'énergie primaire : par exemple, passer d'un chauffage gaz à un chauffage électrique tout en maintenant la consommation finale se traduit par une importante augmentation de la consommation primaire (rendement des centrales électriques) mais peut se traduire par une diminution drastique des émissions de CO2, si l'électricité est produite sans émission de CO2.Nous demandons que la quantité de GES émise sur le cycle de vie soit prise comme facteur de mérite principal dans les choix de politiques de lutte contre les émissions de GES. Pour l'utilisation de la biomasse ceci doit être modulé par la contrainte sur les ressources (terre arable et eau, par exemple)
  • Les filières nucléaire, thermique et renouvelable.
    La France possède une maîtrise pratiquement unique dans le monde dans le domaine de la production électrique nucléaire. Or l'énergie nucléaire est, avec l'hydroélectricité, et pour longtemps, la seule méthode massive de production électrique à la fois fiable, disponible, et non émettrice de CO2. Avec quelques autres rares pays (Suède, Suisse), notre pays pourrait diviser, sans sacrifices exagérés, les émissions de CO2 par 2 ou 3 d'ici 2030. En effet, dans la perspective de diminuer nos rejets de CO2 nous pouvons recourir à l'électricité pour les transports et la production de chaleur, ce que ne pourront pas faire l'Allemagne ou le Danemark, par exemple. Il faudra, pour cela, augmenter le nombre de centrales nucléaires, en spécialisant éventuellement les plus anciennes dans un fonctionnement en semi-base. Il ne faut évidemment pas accepter que le pourcentage de production par thermique à flamme augmente, sauf si les nouvelles centrales sont équipées du captage stockage. Enfin un programme important de construction d'éoliennes largement subventionné ne présente pas d'intérêt sur le plan des émissions de CO2.Nous proposons la mise en construction dès maintenant d'un deuxième EPR et la fin de l'obligation d'achat pour les éoliennes.
    Des centrales électriques, fonctionnant si possible en co-génération, réparties à proximité des zones de production agricoles importantes seraient un moyen très utile pour faire face à la demande électrique de pointe, pour fournir de la chaleur et pour contribuer à résorber les déchets agricoles.Nous proposons de construire plusieurs centrales utilisant la biomasse comme combustible.
  • Stockage du carbone.
    Le captage et stockage du carbone doivent être opérationnels avant toute mise en service industriel de nouvelles centrales à charbon, à gaz et au fioul.
  • Biocarburants.
    Le bilan énergétique et CO2 du bio éthanol est mauvais dans les pays européens. Nous ne pensons pas que cette production soit à encourager actuellement. Le bilan du bio-diesel est meilleur mais la productivité surfacique est faible. Nous proposons de réserver le bio-diesel à l'usage des agriculteurs et des marins de manière à protéger ces professions des fluctuations des cours du pétrole.Nous pensons que le développement des biocarburants de deuxième génération doit être soutenu en priorité.

Récapitulation de nos propositions

  • Favoriser la diminution de l'intensité Carbone plutôt que de la simple intensité énergétique
  • Evaluer les choix de politique de l'énergie en fonction du coût de la tonne de carbone évité, en favorisant les actions qui minimisent ce coût
  • Renoncer progressivement à l'usage du fioul, du gaz et du charbon pour la production de chaleur
  • Augmenter la part de l'électricité dans la consommation finale et engager la construction d'un deuxième EPR. Soumettre toute nouvelle centrale utilisant des combustibles fossiles à l'obligation du captage-stockage. Développer l'usage du combustible bio-masse dans des réseaux de chaleur avec co-génération
  • Encourager le développement des véhicules électriques
  • Supprimer l'obligation d'achat de l'électricité éolienne et photovoltaïque
  • Favoriser la mise au point et la diffusion des bio-carburants de deuxième génération.  
  • Règles d'urbanisme
    Rapprocher zones d'activités et d'habitation. Mettre en œuvre une politique dynamique de soutien aux commerces de proximité par une taxe sur les grandes surfaces.
  • Nature des constructions et isolation
    Interdire la construction de nouveaux logements ou bureaux utilisant le gaz, le fioul ou le charbon pour le chauffage et l'Eau Chaude Sanitaire. Instaurer une taxe progressive sur les chaudières à gaz, fioul et charbon de façon à décourager le remplacement des installations existantes vieillissantes par de telles installations (taxe sur le carbone actualisé)
COMMUNIQUES

Imprimer E-mail