AccueilBase documentairePhotovoltaïque - fiche n°2b

Photovoltaïque - fiche n°2b

Claude ACKET
  • Electricité
  • Eolien et solaire

 

 

Fiche n° 2 revue après pratiquement 3 ans de fonctionnement - Edition janvier 2011,

Description de l’installation

Surface de capteur : 11,34 m² .La puissance de crête annoncée était de 1,44 kWc et la production annuelle de 1 302 kWh

 

Les mesures basées sur plus de 1 000 jours de suivi (pratiquement 3 ans dont 2 complets hiver et été) donnent une moyenne annuelle d’environ 1 350 kWh.

(en notant des écarts faibles de 5 % d’une année à l’autre).

Ces mesures montrent qu’environ 5 fois plus d’énergie est produite sur 3 mois d’été que sur 3 mois d’hiver.

 (560 kWh sur juin juillet et aout, pour 110 sur décembre janvier février)

 

 

Figure : le suivi de la production

 

 

Coût (base 2007).

Coût du matériel éligible à crédit d’impôt : 12 112 €. (HT) 

Coût de l’installation MO : 2 000 € (HT)

Raccordement EDF : 663  € TTC

Total TTC : 17 540 €

 

Financement (conditions 2007).

Subventions

Crédit d’impôt : 7 237 € 

Subvention de la région : 3 456 €

Subvention du département : 720 €

Total des aides : 11 413 €

Bilan reste part du propriétaire : 6 127 €

Retour sur investissement

Recette annuelle

1 350 x 0.55 €/kWh = 742 €/an (taux de rachat contrats 2007), moins 58 € de location compteur ERDF. Soit en net 684 €/an

Temps de retour simple sur investissement: 9 ans ;  un peu moins de 12 ans, sur la base d’un taux de 4 %/an.

 

Conséquences environnementales, rejets CO2

La production électrique annuelle est de 1 350 kWh.

En France la fourniture d’un kWh électrique donnerait 74 g de rejets CO2 , rejetsdus aux centrales électriques à combustibles fossiles.

En moyenne cette production réduirait en théorie les rejets annuels de CO2.de 100 kg.

Pour un coût total de 17 540 €, cela donne le coût de la tonne économisée à 12 800 € !

 

Mais le chiffre des baisses de rejets est fortement surévalué. D’une part la production électrique photovoltaïque se produit essentiellement en été, lorsque les centrales à combustibles fossiles produisent moins. D’autre part, si les panneaux photovoltaïques ne génèrent pas de rejets en exploitation, la fabrication des panneaux a généré un rejet, qui est estimé compris entre 60 et 150 g de CO2par kWh. Les valeurs hautes correspondant à des panneaux fabriqués en Chine, ce qui est le cas de la majorité des panneaux installés en France.

Le bilan CO2n’est donc pas positif, contrairement aux annonces présentant le photovoltaïque comme source de réduction des rejets.

Il faut noter que dans un pays avec prédominance de la fourniture électrique à base de charbon le bilan CO2 serait nettement favorable : 167 kg rejetés au lieu de 1 336 kg d’où un gain de 1 169 kg de CO2.

 

 

Réévaluation en 2011 de ce type d’installation

Toutes les conditions économiques, aussi bien celles du coût des cellules que celles des conditions des aides et de rachat de l’électricité ont changé :

-le taux de crédit d’impôt est passé de 50 à 25 %

- le prix des cellules a baissé et le coût total pourrait n’être que de 14 000 €

- suppression des subventions locales

-passage du  tarif de rachat à 0.58  €/kWh en incorporation toiture

Sur ces bases avec une part propriétaire nette de 11 000 €,  il faudrait 15 ans pour retour sur investissement simple et environ 23 ans avec un taux de 4%.

Fiches pratiques

Imprimer E-mail