AccueilBase documentairePhotovoltaïque : réorienter les aides. Aussi bien pour 10 fois moins cher

Photovoltaïque : réorienter les aides. Aussi bien pour 10 fois moins cher

  • Publié le 15 septembre 2009
SLC
  • Electricité
  • Eolien et solaire

 

 

Remarquable sur bien des points, le rapport de Serge Poignant[Masu1] confirme que les politiques ne perçoivent pas la bulle photovoltaïque, qui coûte déjà irrémédiablement près de 2 000M€ d’engagements pour les 105MW installés en 2008, DOM inclus, avant l’explosion de 2009 en cours.

Deux de ses propres conclusions devraient immédiatement alerter M.Poignant :

-          Il fustige les dangers de l’exemple espagnol, où un tarif de rachat  excessif (40cts/kWh) a  créé en 2008 une bulle stoppée en 2009. Il soutien le tarif  français qui est de 60 cts/kWh pour 80% des installations, et 32Ccts pour les 20% restant !

-          Le coût de l’obligation d’achat (CSPE) de la seule année 2008 est de 80 M€ par an, mais garanti sur 20 ans. Il est donc à multiplier par 20. Soit 1600 M€ pour 105MW !!

Les rendement des ventes à EDF, exonérées d’impôt, sont de 8 à 20%/ an. Il faut y ajouter un crédit d’impôt de 50% représentant typiquement 6 à 8000€ par installation et des aides régionales parfois de quelques milliers d’euros.

Est-ce un soutien à l’industrie nationale ?Non. Les importateurs constituent des réseaux inexpugnables financés par des marges doubles[Masu2] sur le marché français.  Près de 10€/Wc contre 4,5 en Allemagne. 90% est importé. La R&D reçoit 1,5% de l’aide au marché (20 M€)

Qui paye ?Pour l’essentiel le «pauvre» usager EDF, qui voit sa facture, étalée jusqu’en 2020, s’alourdir de 1,3 milliard € pour juste les installations réalisées en 2008 (DOM inclus), soit 65 millions/an.

 

Atteindre le même objectif à un coût 10 fois moindre?

Ceci fait l’objet d’une étude détaillée sur le site de Sauvons Le Climat : http://xxxxxxxxxxxxxx[JP3] .

Que faire tout en préparant l’expansion de la filière et préservant les acteurs et installateurs actuels ?. Une forte expansion est prématurée, la filière française, mais aussi le produit, n’étant pas encore totalement mature. Diverses optimisations sont à faire. Ex : aucun module cassé n’est remplaçable[Masu4] , puisque aucune normalisation des dimensions n’existe.

Le module photovoltaïque [Masu5]   doit être  un composant du bâtiment. Il faut développer l’intégration architecturale, les modules hybrides (électricité, chaleur), les toits à faible coût/m², les façades semi transparentes, et porter les durées de vie à 50 ans .

Axe 1 : Un décuplement du financement de la R&D et  des effectifs de chercheurs est urgent, pour passer de 29M€ à 290M€ et mobiliser  l’immense potentiel français dans les domaines de  l’énergie et du bâtiment (EDF, TOTAL, Suez, Bouygues, Vinci, St Gobain, Lafarge, etc..) Un produit français normalisé en ressortira

Axe 2 ;  baisse  des prix et développement d’une filière nationale :

-          Prix de rachat garanti intégrant les bonus écologiques et économiques[H6] . 12 cents/kWh semble un minimum proche du tarif des certificats verts actuels[Masu7]

-          Installations réalisées à 4 €/Wc par appel d’offre[Masu8]  en 2009 !   Installations vendues avec aide  aux environs de  2€/Wc constant durant les 5 ans qui viennent. Les aides disparaissent en 5ans Utopiste ? le programme Hip Hip proposait  5€/Wc installé en 2005. Le coût plancher allemand est à 4€/Wc en 2009.

Cela coûterait  environ 1 milliard € au total étalés sur 4 à 5 ans,  et rien en 2014. Soit au total, 50 fois moins que le taux actuel de soutien. Pour l’usager la comparaison est la suivante, pour 3 KWc installés en toiture : 

 

Politique actuelle

Solution proposée

Coût brut  pour 3 kW installé

27 000€

12 000€ en 2009, 6000 en 2014

Coût net APRES AIDE

15 500€

6 000€

Aides

11 500€

6000€ en 2009, aucune en 2014

Revenu annuel

2 160€

432€

Rendement financier net d’impôt

14 %

7,2%

Coût du rachat sur 20 ans        (en déduisant 8 cents/kWh) 

37 440 €

2 880 €

 

Si l’on ajoute pour le particulier que 3kWc remplace en intégré de 60 m² (Si amorphe) à 20 m² (cristallin) de toiture dont le coût est de 100 €/m², c’est une économie de 2000 à 6000 € dont il faut tenir compte. D’autant que l’on pourrait aussi, en récupérant les calories par utilisation de modules hybrides, guère plus chers, chauffer en partie la maison[Masu9] par plancher chauffant


 [Masu1]Il me semble qu’il faille, en note, fournir quelques précisions sur ce rapport. Origine du rapport, date, références,  etc.

 [Masu2]Justifier ce chiffre

 [JP3]Mettre le lien avec le document sur le site

 [Masu4] Quelle est la source de cette  information ?

 [Masu5]Au sens de générateur électrique ???

 [H6]mais pas d’obligation d’achat . Une simple compensation si le kWh est vendu

 [Masu7] Préciser de quoi il s’agit en note

 [Masu8]Quel est le prix de vente actuel d’une installation ? Ce paragraphe  ne me semble pas évident à comprendre pour un béotien…

 [Masu9]Ce point très important mériterait quelques précisions

COMMUNIQUES

Imprimer E-mail