AccueilBase documentaireArrêtez de mentir !

Arrêtez de mentir !

  • Publié le 30 novembre 2006
SLC
  • Changement climatique
  • Electricité
  • Gaz à effet de serre
  • Climat
  • Science et technologie
  • Combustibles fossiles
  • Eolien et solaire
  • Production d’énergie

 

Nos concitoyens sont de plus en plus nombreux à être convaincus de la gravité potentielle du changement climatique et de la nécessité de prendre des mesures pour le limiter. La popularité de Nicolas Hulot en atteste. Cette préoccupation doit être encouragée et respectée. Leur envoyer des messages mensongers ou erronés dans ce domaine les décontenancera puis les découragera.

Or, nombreux sont ceux qui surfent sur la vague du développement durable et de la lutte contre le changement climatique dans un intérêt commercial, financier ou politique. Citons quelques uns des messages les plus insupportables

Gaz de France nous répète à longueur d’antenne que le gaz (naturel, bien sûr, mais en quoi plus naturel que le charbon, le pétrole ou l’uranium ?) est écologique, que c’est une énergie durable ! Or le chauffage au gaz est une des premières causes d’émission de gaz à effet de serre (gaz carbonique, mais aussi méthane, gaz constitutif essentiel du « gaz naturel », ayant un effet de serre très important, au point que des fuites de seulement 5% ont un effet équivalent à celui du gaz carbonique de combustion ) en France. Les réserves de cette énergie prétendument durable n’excèdent pas 35 ans à consommation croissante (ce qui est actuellement le cas). De plus les explosions de gaz en font une des énergies les plus meurtrières pour le public. La réalité, c’est que nous devrions tout faire pour réduire notre consommation de gaz et autres combustibles fossiles.

L’ADEME nous raconte que les économies d’électricité sont nécessaires parce que « ça chauffe », et qu’elles contribuent à la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. C’est faux à 95% puisque nous produisons 95% de notre électricité sans émission grâce à l’hydroélectricité et au nucléaire. On aimerait que l’ADEME se concentre plutôt sur la limitation de l’usage du fioul et du gaz pour le chauffage, ainsi que de celui du gasoil et de l’essence dans les transports (encouragement aux transports en commun et aux voitures électriques et hybrides rechargeables). Dans le domaine de la production d’électricité, sa priorité devrait être de restreindre le recours aux centrales thermiques dépourvues de systèmes de capture et stockage du CO2.

Le Syndicat des Energies Renouvelables et l’ADEME laissent entendre que l’éolien et le photovoltaïque participent efficacement à la lutte contre le changement climatique. Si cela est vrai dans certains pays d’Europe particulièrement « pollueurs », comme l’Allemagne et le Danemark, en France cela est faux à plus de 95%, toujours pour la raison que, dès maintenant, nous produisons notre électricité presque sans émission de CO2.

Enfin les mêmes nous expliquent que l’éolien et le photovoltaïque sont rentables. Cela n’est vrai, pour leurs producteurs, que grâce aux subventions et tarifs d’achat obligatoire élevés. C’est complètement faux pour la collectivité des contribuables ou des consommateurs d’électricité. Diriger plus de crédits vers la recherche sur les énergies renouvelables et, particulièrement, sur le stockage de l’électricité, et moins privilégier au delà du raisonnable les producteurs serait certainement plus judicieux et efficace.

Alors, Messieurs, décidez vous à parler vrai et à ne pas instrumentaliser la lutte contre le réchauffement climatique pour des intérêts commerciaux, financiers ou politiciens.

COMMUNIQUES

Imprimer E-mail