Sauvons Le Climat : solutions pour le futur, actions au présent
COMMENT (VRAIMENT) RÉDUIRE LES EMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (GES)

Ce que nous voulons :

la consommation sans frein des énergies fossiles provoque, via les gaz à effet de serre, un réchauffement climatique dont les conséquences s’annoncent redoutables. Sauvons le climat (SLC) cherche humblement à apporter une contribution positive, scientifique, cartésienne au débat, tout en estimant urgent que se crée un mouvement d’opinion puissant exprimant, loin des positions idéologiques, la réalité des faits et les conséquences que nous devons en tirer.

ARTICLES
  • Pour l'ADEME, le nucléaire existant n'est pas assez cher, donc il ne faut pas le conserver trop longtemps.

     

    L’ADEME, de par ses missions confiées par le Code de l’Environnement, est un des opérateurs clefs de l’État pour entraîner la société dans la transition écologique et énergétique, vers un modèle économe en ressources, plus sobre en carbone, avec un impact soutenable sur l’environnement, et moteur du développement économique et social (extrait du contrat d'objectifs 2016-2019 de l'ADEME).

    Il est donc logique que l'ADEME consacre une partie de ses analyses à éclairer l'avenir en proposant aux décideurs des travaux prospectifs : c'est ce qu'elle a fait en publiant tout dernièrement une étude intitulée « Trajectoires d'évolution du mix électrique 2020-2060 ». La couleur est annoncée dès l'introduction de son Président : « Le parti pris dans cet exercice est de rester strictement sur une logique d’optimisation économique : il s’agit d’évaluer les trajectoires qui coûteront le moins cher pour la collectivité ».

  • Point de vue de Hervé Nifenecker

    Le gouvernement a décidé de supprimer l’augmentation de la taxe climat portant sur les carburants. Cette taxe a, entre autres,  pour objet de rembourser EDF de ses achats forcés de courant produit par les opérateurs d’éoliennes et de systèmes photovoltaïques. La Cour des Comptes a estimé que ces remboursements, financés jusqu’à présent par une taxe sur l’électricité, la CSPE, et qui devraient l’être, dorénavant, par la taxe climat, ont coûté  27 Mds d’euros jusqu’à présent avec  près de 100 Mds d’engagements. La Cour des Comptes a aussi révélé que ces dépenses n’avaient pas conduit à une réduction des émissions de CO2. Elle a, essentiellement, servi à diminuer la production nucléaire et à la rendre moins rentable.

  • Réaction de Sauvons le Climat au projet de Programmation Pluriannuelle de l'Énergie 2018-2023

    Communiqué au format pdf

    Des aspects positifs avec des perspectives sur le nécessaire accompagnement social, mais une PPE qui, si elle développe enfin des stratégies dans les domaines des transports et du bâtiment, reste inutilement focalisée sur la production d'électricité.

    Sauvons le Climat a apporté une participation très active au débat public préparatoire à cette PPE en affirmant, à toute occasion, un objectif simple, clair et incontournable qui doit donner le sens à toute politique publique : la priorité absolue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, non seulement dans les grands engagements mais aussi dans les actes.

  • Concilions le social et les luttes pour le climat  

    Au moment où la question de l'accompagnement social de la transition énergétique se pose avec le besoin d'une réponse urgente, Sauvons le Climat considère qu'une baisse des subventions aux énergies renouvelables électriques, inutiles pour la préservation du climat dans le contexte français, permettrait de financer des mesures pertinentes d'accompagnement de la transition pour les français qui doivent être aidés.

    Le levier de la taxation pourrait ainsi être utilisé pour inciter à la baisse de consommation des énergies fossiles tout en accompagnant ceux qui en ont besoin.

  • Les français sont nombreux à protester contre la hausse du prix des carburants et des combustibles pour le chauffage. Cette hausse est la somme de deux effets : celui de l’augmentation du prix du pétrole brut et du gaz d’une part, celui d’une augmentation des taxes d’autre part, justifiée par le gouvernement par la lutte contre les changements climatiques.

    « Sauvons le climat » se bornera ici à constater le premier mais se pose pour le deuxième la question exprimée dans le titre : est-ce bien pour sauver le climat ?

    « Sauvons le climat » rappelle en préambule qu’elle est favorable sur le principe à la taxe carbone qui a pour but à la fois d’inciter les consommateurs à choisir des moyens moins émetteurs de gaz à effet de serre et de financer les politiques et mesures destinées à proposer des solutions à ces mêmes consommateurs.

  • Le Président de la République répond à la lettre du célèbre climatologue André Berger. Vous pouvez trouver leur échange sur le site de "Sauvons Le Climat"  :  

     - la lettre de André Berger à Emmanuel Macron

     - la réponse du Président de la République


    Nota bene
    André Berger a joué un rôle majeur dans la validation et la diffusion de la théorie astronomique des cycles glaciaire-interglaciaires de Milutin Milankovitch. Il est à l'origine d'un des tout premiers modèles de complexité intermédiaire du système Terre. Il a contribué activement, dès les années 1970, à la prise de conscience par la société de l'impact des activités humaines sur le climat.  André Berger a été nommé Chevalier du Royaume de Belgique, il est membre de l'Académie Royale de Belgique et de l'Académie Française des Sciences et docteur honoris causa de plusieurs universités. Il est membre du Conseil Scientifique de "Sauvons Le Climat" et membre fondateur de la "Global Initiative for Saving Our Climate (GISOC)" .

  • Bilan de la LTECV et de la PPE 2016/2018 dans la perspective de la PPE 2018/2023

    Jean-Pierre Pervès

    La Cour Des Comptes (CdC) a publié en avril 2018 une analyse des soutiens publics aux énergies Renouvelables (EnR) thermiques et électriques : le seul intitulé des chapitres est éloquent :

    • Objectifs industriels devenus secondaires.
    • Objectifs fixés pour 2020 et 2030 difficiles à atteindre.
    • Charges importantes, durables et mal évaluées.
    • Absence de transparence des engagements.
    • Dispositif peu encadré qui donne une visibilité limitée.

    Le rapport CAP (Comité Action Publique) 22, en juillet 2018, recommande de faire la chasse aux niches fiscales et aux aides jugées inefficaces, ciblant dans sa présentation en premier lieu les aides à la transition énergétique (et aux aéroports de province).

  • La « transition » annoncée du système électrique français : avenir radieux ou désastre en vue ?

     Résumé / présentation                                        Document pdf complet : suivre le lien

     La loi dite de « Transition énergétique pour la croissance verte » (LTECV) votée en 2015 doit être complétée d’ici la fin de l’année 2018 par la « Programmation Pluriannuelle de l’Energie » (PPE). Une PPE partielle, relative aux seules énergies renouvelables, a cependant été formalisée fin 2017 et doit être réactualisée dans le cadre de la PPE globale à 5 ans et prolongée par des perspectives jusqu’en 2028-2030 dont les grandes lignes ont été présentées à la presse au cours de l’été 2018 par le ministre de la transition écologique et solidaire. Selon ces perspectives, une introduction massive de moyens de production électriques intermittents, éoliens et photovoltaïques, est envisagée dans le but de réduire la production nucléaire de 75 à 50 %, objectif affiché de la LTECV. Sachant que cette focalisation sur le système électrique, déjà très peu émetteur de CO2, mobiliserait des fonds très importants au détriment des secteurs qui en émettent beaucoup plus : les transports et l’habitat.

     Quels seraient les impacts environnementaux (émissions de CO2 mais pas seulement), économiques, sur la sécurité d’alimentation en électricité du pays, etc. de la mise en œuvre de ces prévisions ? C’est l’objet de cette étude d’impact, qui s’appuie aussi sur les très précieux retours d’expérience de pays réputés plus « avancés » dans leur transition énergétique, car ils sont une source majeure de faits objectifs dont il faut absolument tenir compte, car il ne s’agit pas de théories mais de dures réalités...

     

  • Astrid : une chance pour le climat et pour la France

     

    Résumé : Alors que le tout récent rapport du GIEC alerte une nouvelle fois sur la nécessité absolue de limiter les émissions de gaz à effet de serre, l'abandon du programme de développement du prototype de réacteur de 4ème génération Astrid, sans réel fondement économique, marquerait la triste démission de notre pays face à une technologie qui devrait être cruciale dans la lutte contre le changement climatique. 

    Version pdf disponible : Astrid

    Lors de la COP21, le GIEC avait imposé aux scénarios énergétiques dignes de figurer dans son rapport (le 5ème du genre) de limiter le RCP (Representative Concentration Pathway)) à 2,6 W/m2 [1] , correspondant à un augmentation de température moyenne de la surface terrestre de 2°C depuis 1850. Pour respecter cette limite les émissions cumulées de CO2 ne devraient pas dépasser 900 milliards de tonnes en 2100.

    [1] Un RCP 2,6 W/m2 signifie que la chaleur supplémentaire reçue en moyenne par la surface terrestre du fait de l’effet de serre est équivalente à celle qui serait reçue si l’irradiation solaire moyenne de 340 W/m2 était augmentée de 2,6 W/m2. Une telle augmentation correspondrait à une augmentation de la température moyenne de la surface terrestre de 2 degrés Celsius.

  • À l’occasion du colloque organisé le 16 juin dernier par notre association dans le cadre de l’Assemblée Nationale nous avons reproduit l’ensemble des points de vue qui s’y sont exprimés sous la forme d’un « journal » accessible par ce lien (format pdf).

    Comme en témoigne ce document nos activités s’organisent sans cesse davantage autour de la lutte contre les dérèglements climatiques, la planète risquant fort d’entrer dans une zone de graves périls si l’humanité ne parvient pas à réduire drastiquement ses émissions de gaz à effet de serre.

    Il se fait cependant, comme en ont témoigné de nombreux intervenants, que la France est parmi les grands pays industriels, celui qui rejette le moins de CO2 dans l’atmosphère, que ce soit en termes de rejet par habitant ou de points de PIB. Un acquis remarquable sur lequel il est possible de capitaliser en construisant un modèle qui peut être appliqué par la majeure partie des pays, mais un acquis qui s’affaiblit puisque la politique nationale n’est pas tournée en priorité vers les activités qui restent les plus émettrices.

    Ce journal, reflète l’état des débats en cours et montre clairement que la façon dont sera appréhendée la prochaine Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) sera cruciale.

    Il ambitionne d’aider à mieux comprendre ou faire comprendre ce qui est en train de se jouer.

    Ceux d’entre vous qui souhaiteraient disposer d’un certain nombre d’exemplaires de ce journal pour faire connaître les points de vue de Sauvons le Climat peuvent le recevoir en un adressant une demande à l'adresse mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • Lettre à Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire

    Monsieur le Ministre,

    Le collectif « Sauvons le Climat », mobilisé pour un futur énergétique respectueux des enjeux climatiques et écologiques, salue votre nomination comme Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire et souhaite une grande réussite à votre action face aux défis majeurs qui se présentent à nous.

  • La production d'énergie à partir de la biomasse est une des voies à mettre en oeuvre pour limiter l'accroissement de l'effet de serre. un groupe de travail s'est constitué au sein du conseil scientifique de Sauvons Le Climat pour étudier et quantifier les possibilités offertes par la biomasse. Jean-Marie Seiler a fait  la synthèse de ces travaux dans le document à télécharger en pdf : Synthèse concernant l’utilisation de la biomasse à des fins énergétiques dans le cadre de la lutte contre l’effet de serre.

  • Le Collectif "Sauvons le climat" s'est fortement impliqué dans le débat public sur la Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE) 2018, et a fondé beaucoup d'espoirs sur celui-ci.
    Pourtant, si l’objectif de rechercher une large participation du grand public, gage de démocratie participative, est louable et se trouve partiellement atteint, certaines conditions préalables nécessaires à un débat éclairé du public ne nous semblent pas avoir été complètement réunies.

    Sauvons le Climat a souligné ces points dans une lettre ouverte à Mme la Présidente de la Commission du Débat Public : lettre pdf téléchargeable ici

  • Un rapport plus partisan que factuel

    Une Commission d'enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires avait été créée, à la demande de Madame Pompili, et le rapport de cette commission, rédigé par Madame Pompili,  vient d’être diffusé dans le public.

  • Vers une rupture définitive entre la "classe médiatique" et les scientifiques?

    Une Tribune signée par une cinquantaine de scientifiques dont  4 Prix Nobel  et une dizaine de membres de l'Institut,  des personnalités politiques reconnues par leur hauteur de vue (Robert Badinter) et par leur connaissance du système scientifique  français (l'ancienne Ministre Geneviève Fioraso, l'ancien président de l'OPESCT Jean Yves Le Déaut, Benoit Accoyer, ancien Président de l'Assemblée Nationale),  a été refusée par "Le Monde", "Libération" et "Le Figaro". Cette Tribune constate la régression de la culture scientifique en France,

  • Une île de Sein en autonomie électrique renouvelable ?

    Hubert Flocard et Jean-Pierre Le Gorgeu ont étudié les possibilités d'approvisionner les populations de l'Ile de Sein avec de l'électricité produite par des sources renouvelables https://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/pdf_files/etudes/SeinRenouvelable.pdf

    Voici le résumé de l'étude

    L’île de Sein, un petit territoire au ras des flots, une population très faible, surtout l’hiver, jusqu’ici approvisionnée en électricité par des diesels au tarif pratiqué sur le continent, au nom d’une péréquation tarifaire au financement assuré par l’ensemble des français à travers la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE). Tout semblait devoir perpétuer un dispositif favorable à l’île et sa population.

    Oui mais voilà, cadeau « royal » tombé du ciel, la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV) est intervenue et la Programmation Pluriannuelle de l’Energie 2016 (PPE) dans son volet relatif aux Iles du Ponant fixe pour l’île de Sein un objectif d’autonomie énergétique : 50% d’énergies renouvelables (EnR) en 2023, 100% en 2030.

     

  • Un groupe international de près de 50 experts du climat et de l’énergie vient d’adresser un message au Président Macron. Il salue son engagement en faveur de la taxation des émissions de gaz carbonique. Mais il attire son attention sur les effets négatifs d’une réduction de la part d’électricité d’origine nucléaire.

  
  
  
  
  

2018 09 13 a 15 Univ ete SLC 17

11ème Université d'Été de SLC 2018

 

Grenoble - Autrans   13, 14 et 15 septembre 2018       

Mobilité propre

Les présentations faites (format pdf) et les vidéos prises (format youtube) lors de l'Université d'été 2018 de Sauvons Le Climat qui s'est tenue les 13, 14 et 15 septembre 2018 sont disponibles sur le lien : Université d'été SLC 2018

Par ailleurs,  il est possible de revoir les présentations faites ou les sujets abordés lors des Universités d'été précédentes à partir du lien : Universités d'été précédentes de SLC

Journal du Colloque

Journal Colloque

Galerie vidéos

Scénario NEGATEP

image Negatep2017

Besoin d'un conférencier ?

conferencier

SLC peut vous mettre en relation avec le conférencier dont vous avez besoin.N'hésitez pas à réserver !

Réserver un conférencier

SLC Régions

SLC s'engage tous les jours auprès des régions pour faire progresser les mentalités.