AccueilBase documentaire1ère Annonce Université d'été SLC 2015

Communiqué : La France doit-elle se priver de l'électricité nucléaire parce qu'elle serait trop chère ?

  • Publié le 19 mars 2022
Sauvons Le Climat
  • Economie
  • Energies fossiles
  • Nucléaire
  • Climat
  • Electricité nucléaire
  • Energies renouvelables

L'électricité nucléaire est une très bonne solution pour le climat.

La France doit-elle s’en priver parce qu'elle serait trop chère ?

Crédit photo: Reuters

 

Que n’avons-nous pas entendu clamer : le kWh nucléaire est cher et n’inclut pas déchets et démantèlements. Les renouvelables sont désormais très compétitives et le foisonnement des productions éolienne et solaire permet à ces renouvelables de contribuer à la stabilité du réseau européen !

La réalité est bien différente.

Le prix du nucléaire actuel (42 €/MWh si on se fie au prix imposé à un EDF contraint de vendre le quart de son électricité à prix coûtant à ses concurrents) comprend la totalité de ses charges « du puits à la roue » investissements et exploitations inclus : mines, fabrication du combustible et traitement après combustion, construction et exploitation des installations, gestion des déchets et démantèlement.

Le coût de l’électricité du nucléaire futur sera plus élevé, pour des raisons multiples :  alourdissement des contraintes de sûreté, allongement des délais administratifs et réglementaires. Seul le coût d’une première série est pertinent (ce qu’a démontré le parc actuel), et il devrait s’établir à environ 70 à 80 €/MWh, puis baisser en fonction des rythmes de fabrication.

Ces coûts sont à comparer à ceux qui sont issus de notre étude précise et détaillée jointe : Comparaisons technico-économiques des principaux moyens de production d’électricité :

  • grande hydraulique : 20 à 50 €/MWh
  • éolien terrestre* : 80 à 100  €/MWh
  • éolien posé en mer* : 85 à 195 €/MWh  
  • éolien en mer flottant* : 240 à 250 €/MWh
  • photovoltaïque posé au sol* : 82 à 104 €/Mwh ; photovoltaïque en toiture* : 180 à 280 €/MWh
  • cycle combiné à gaz : 50 à 70 €/MWh (coûts indicatifs hors effet des tensions actuelles et futures sur le gaz)

* : les coûts affichés intègrent les surcoûts réseau et les coûts de compensation de l'intermittence

Les récentes études de RTE confirment très clairement que, si on raisonne sur le système électrique dans son ensemble, les scénarios très majoritairement renouvelables auront un coût élevé et que ceux avec un nucléaire durable seront compétitifs, jusqu’à des contributions élevées, très supérieures à 50 %.

Alors non, le nucléaire n'est pas trop cher et les coûts ne constituent pas une raison pour se priver de ses atouts en matière d'indépendance énergétique, de qualité de fourniture et d'impact sur le climat.

Lire aussi :

L'électricité nucléaire est une très bonne solution pour le climat. La France doit-elle s'en priver par crainte d’un accident ?

L’électricité nucléaire est une très bonne solution pour le climat. La France doit-elle s’en passer parce qu’il n’y aurait pas de solution pour les déchets ?

 

Copyright © 2022 Association Sauvons Le Climat

Avec tout le retard pris sur la relance du programme EPR, l'abandon de la filière RNR, il est urgent de changer de braquet. La guerre en Ukraine devrait réveiller nos amis Allemands.
COMMUNIQUES