AccueilBase documentaireLe Monde préfère la sortie du nucléaire à la réduction des émissions de CO2

Le Monde préfère la sortie du nucléaire à la réduction des émissions de CO2

  • Publié le 23 août 2015
SLC
  • Gaz à effet de serre
  • Nucléaire
  • Combustibles fossiles
  • Production d’énergie

Le journal "Le Monde" tance le Japon pour avoir redémarré une centrale nucléaire!

Le Japon vient de redémarrer une première centrale nucléaire (centrale de Sendai, dans le Sud du Japon, le 11 Août). Auparavant, les normes de sécurité de toutes les centrales ont été révisées, sous l'égide de la nouvelle autorité de sûreté nucléaire mise en place à la suite de l'accident de Fukushima (Mars 2011). Ce premier redémarrage est mené dans un Japon encore traumatisé par l'accident de Fukushima et surtout par les évacuations qui ont suivi. Ces évacuations, par les perturbations qu'elles ont entraînées dans la vie des populations, seront la seule cause de décès liés à l'accident. Dans un éditorial récent (le 12 Août), titré "le retour en arrière du Japon", le journal "Le Monde" regrette que le gouvernement du Japon soit ainsi "prisonnier des cadres passés" et qu'il manque de "vision d'avenir" en prenant des décisions industrielles discutables. L'aspect le plus discutable de l'article est pour nous dans la référence aux réductions d'émissions de CO2. L'association "Sauvons le Climat" a montré la très significative augmentation des émissions de CO2 au Japon suite à l'arrêt des centrales nucléaires1. Celle-ci est due au remplacement des quelque 28% de production électrique nucléaire par des carburants fossiles, essentiellement pétrole et charbon. Comme la consommation d'électricité a peu varié (autour de 920TWh par an), ce sont 260TWh de production électrique annuelle qui ont été transférés sur les fossiles, ce qui représente autour de 140 Mégatonnes de CO2 émis en plus chaque année (on rappelle que la France a émis en 2014 autour de 30 Mégatonnes de CO2 pour produire TOUTE son électricité). Dans le même temps, on attend toujours la contribution annoncée des renouvelables à la diminution de émissions de CO2 ou la décroissance éventuelle de la consommation d'électricité des Japonais... Nous voudrions demander à l'éditorialiste du "Monde", qui cite les discussions en cours pour préparer la COP21, s'il trouve vraiment important de réduire les émissions de CO2 ou s'il entend se consacrer seulement à la lutte contre l'utilisation de l'énergie nucléaire? Dans le second cas, on comprend bien qu'il critique la décision japonaise. Mais si vraiment les émissions de CO2 sont pour lui le problème, alors on comprendait mal qu'il ne se réjouisse avec nous du redémarrage de ces installations, maintenant qu'un sérieux effort de sécurisation a été fait.

Comment imaginer que le Japon arrive à réduire ses émissions en 2030 sans un redémarrage d'une partie importante de ses centrales nucléaires? Les objectifs fixés (moins 26%) sont considérés modestes par notre éditorialiste, mais croit-il qu’il soit possible d'y arriver avec des centrales solaires et des éoliennes?

Il nous semble que cet éditorialiste est touché par la "nucléophobie" à la mode, et que de son piédestal parisien il ne voit pas que dans les efforts des pays développés et émergents pour réduire les émissions de CO2, la contribution nucléaire en est une partie majeure, avec aussi le développement des renouvelables, hydraulique, solaire et éolien.

Rappelons même qu'un pays aussi peu "émergent" que les USA a en chantier cinq centrales nucléaires, en écho aux déclarations du président Obama sur l'urgence d'agir contre les émissions de CO2.

Dans ce pays, les nouvelles centrales nucléaires seront éligibles aux "crédits carbone".

C'est "Le Monde" qui est "prisonnier des cadres passés" en adoptant le point de vue de tous les courants rétrogrades qui se prétendent écologistes et qui surfent sur les peurs et l'ignorance.

Nous regrettons que "Le Monde" contribue à créer et à entretenir ces peurs dans le public. Cela est contraire à la mission d'un journal de référence et aboutit à remplacer l'examen des faits par une position idéologique sans aucun fondement scientifique.

Sauvons Le Climat


 


Les propositions de « Sauvons Le Climat » pour la COP21 sont disponibles :  www.sauvonsleclimat.org/co21-propositions-slc/

 


Pour se désinscrire, envoyer un message à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le collectif "Sauvons le climat " fondé en mai 2004, association loi 1901 depuis Décembre 2005, a pour ambition d’informer nos concitoyens, de manière indépendante de tout groupe de pression ou parti politique, sur les problèmes relatifs au réchauffement climatique et sur les solutions proposées pour le ralentir. Il est doté d’un comité scientifique, présidé par Michel Petit, ancien responsable du groupe français d’experts au GIEC. Son manifeste a été signé par plusieurs milliers de personnes.


Consulter notre site sauvonsleclimat.org .../... Signer le manifeste.../...Adhérer

 

 

COMMUNIQUES

Imprimer E-mail