AccueilBase documentaireAspects financiers du scénario Negatep

Aspects financiers du scénario Negatep

  • Publié le 24 juin 2013
SLC
  • Electricité
  • Energie dans les transports
  • Gaz à effet de serre
  • Nucléaire
  • Industrie
  • Stockage de l'énergie
  • Gestion de l'électricité
  • Combustibles fossiles
  • Eolien et solaire
  • Production d’énergie
  • Usages de l’énergie
  • La Transition Energétique

Négatep 2012 : réduire les rejets de gaz carbonique.  Oui, mais à quel coût ?

Claude Acket & Pierre Bacher - Actualisation du 28.08.2013 (indice D)

 

La réduction des rejets de gaz carbonique dans le scénario Négatep repose sur :

- des économies d’énergie : sobriété et efficacité.

- un fort accroissement de l’appel à des sources alternatives d’énergie décarbonée pour remplacer en grande partie les combustibles fossiles, soit:

o  renouvelables chaleur

o  électricité issue des renouvelables et du nucléaire

o  biocarburants pour la mobilité

 

     L’appellation « économies d’énergies » fait de suite penser à moins de dépenses, notamment en achat de combustibles fossiles (pétrole et gaz). Mais en de nombreux cas, contrairement à l’adage répété que « l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas », faire des économies d’énergie peut coûter très cher en investissements qu’il faut rembourser, et dans certains cas le retour sur investissement peut ne jamais arriver. De même faire appel à des sources d’énergies dont l’équivalent combustible est gratuit, comme le vent, le soleil, n’est pas systématiquement économiquement positif, car là aussi il faut rembourser les investissements souvent considérables (moyens de production, transport de l’électricité, adaptation à la demande) pour de faibles taux d’utilisation, et ne pas oublier la maintenance.

ARTICLES

Imprimer E-mail