AccueilBase documentaireSelon l’Association Européenne de l’Energie Eolienne, le développement européen de l’éolien requiert la réalisation d’un grand réseau Très Haute Tension

Selon l’Association Européenne de l’Energie Eolienne, le développement européen de l’éolien requiert la réalisation d’un grand réseau Très Haute Tension

  • Publié le 19 mars 2009
SLC
  • Electricité
  • Stockage de l'énergie
  • Gestion de l'électricité
  • Eolien et solaire

 

Selon l’Association Européenne de l’Energie Eolienne,
le développement européen de l’éolien requiert la réalisation
d’un grand réseau Très Haute Tension

Sauvons Le Climat

19 mars 2009

Au cours de la Conférence EWEC 2009, qui se tient aujourd’hui à Marseille, Arthouros ZERVOS, Président de l’Association Européenne de l’Eolien (EWEA) a indiqué que « (…) pour atteindre les objectifs européens d’énergie renouvelable, il faudrait de nouveau réseaux de transport ».

L’énergie éolienne n’est donc plus présentée comme une énergie douce et de proximité, s’affranchissant des réseaux de transport Très Haute Tension. L’Association EWEA admet trois réalités :

- L’énergie éolienne est intermittente ; dès lors que la puissance installée dans une région sera significative, il y aura des périodes où la production sera fortement excessive, et il faudra un réseau Très Haute Tension pour la transporter vers d’autres régions moins ventées ; et d’autres périodes où la production sera insuffisante, et les régions déficitaires en éolien devront s’approvisionner à des sources plus lointaines.

- Dans les périodes anticycloniques, fréquentes en hiver comme en été sur de larges parties de l’Europe, il faudra un réseau important pour approvisionner toutes les régions en énergie non carbonée(nucléaire, hydraulique, biomasse..) ou fossile.

- Le potentiel éolien est inégalement distribué ; la Mer du Nord et les zones côtières sont bien dotées ; les parties continentales le sont beaucoup moins. Comme le fait actuellement le Danemark avec ses voisins (Suède, Hollande et Allemagne), il faudra en permanence ajuster les échanges selon que le vent souffle ou non. Mais alors que l’ajustement danois ne concerne qu’une petite puissance et des voisins proches avec des potentiels hydrauliques importants (Suède et Norvège), un développement important de l’éolien requiert des ajustements très importants et sur de longues distances.

Ces évidences qu’admet aujourd’hui publiquement l’EWEA sont reconnues depuis longtemps par les experts et notamment par l’Association Européenne des Opérateurs de Grands Réseaux Electriques (ENTSO°European Network of Transmission System Operators for Electricity (2)). Et la Grande panne du réseau électrique européen du 4 novembre 2006 a montré la vulnérabilité des réseaux fortement alimentés par des éoliennes (2).

Le Commissaire à l’Energie de la Commission Européenne, M. Andris PIEBELGAS, sur les recommandations de l’ENTSO et l’impulsion des opérateurs éoliens souhaite la réalisation d’un « Super Reseau » ou « Super Grid » reliant les pays baltes, l’Europe du Nord, la Grande Bretagne à la méditerranée et a chargé un ancien ministre allemand, Georg Adamowitsch, de piloter ce projet. Son premier rapport d’étape illustre bien la situation européenne.

En effet, le potentiel éolien (particulièrement off shore) à développer est concentré dans des zones éloignées, peu industrialisées et moyennement peuplées.

alt

Et les frontières étatiques sont aussi des goulots d’étranglement électriques (en violet)

Les objectifs éoliens de la commission européenne sont donc incompatibles avec le réseau électrique actuel. Selon les idées futuristes d’un chercher allemand, Gregor CZISCH, le réseau européen pourrait se développer selon le schéma joint.

Si la rationalité technique de tels schémas peut se comprendre, le Collectif Sauvons le Climat rappelle que :

1.      le facteur de charge de l’éolien (c’est-à-dire le rapport entre la production réelle et la production maximum théorique d’un équipement) est en moyenne à peine supérieur à 20%

2.       les schémas de EWEA et de la Commission viennent donc exprimer une réalité : l’éolien ne peut être qu’une énergie d’appoint, nécessitant le développement d’une infrastructure importante pour pallier ses défaillances

3.      pour qu'un développement de l’éolien pour faire face à l'augmentation de la demande d'électricité ne contribue pas à l'augmentation des émissions de CO2 , il est nécessaire que ses défaillances soient couvertes par l’énergie nucléaire ou l’énergie hydraulique, tant que ne sera pas opérationnel le captage et le stockage du CO2 émis par des centrales à flamme ; le potentiel hydraulique européen étant limité, la politique européenne de développement de la production éolienne, si elle maintient également l'objectif d'une diminution des émissions de CO2, n'évitera pas la nécessité de construire de nouvelles centrales nucléaires. (3).

4.      les décisions en cours et à venir sur les moyens de production et les réseaux représentent des enjeux de plusieurs centaines de milliards d’Euros : ces enjeux devraient être explicités et soumis à un débat public ; il convient en outre d’imputer à l’électricité éolienne le coût des infrastructures requises par son développement

5.      le développement de l’éolien devrait être subordonné au développement des réseaux permettant d’évacuer son énergie

6.       SLC note enfin que certains pays, dont la France, du fait de leur situation géographique, seront amenés à financer les lignes très hautes tensions requises pour évacuer les surproductions des énergies ‘fatales’ comme l’éolien et assurer la sécurité électrique de zones à forte proportion d’énergies intermittentes en cas de sous-production ; bien entendu les nuisances de ces lignes seront également supportées par ces pays. En outre, par le jeu du marché de l’électricité, et de la priorité donnée par la Commission à la fourniture éolienne, les consommateurs de pays comme la France et la Suède devront assumer une hausse sensible du prix moyen de leur consommationélectrique car, durant les périodes ventées chez leurs voisins, ils devront participer à « l’écoulement » du surplus généré par l’éolien allemand et nordique (au lieu de consommer leur électricité nucléaire ou hydraulique, moins chère que l’éolien) ; et durant les périodes non ventées, l’électricité française o suédoise sera très demandée par leurs voisins, prêts à payer un prix élevé pour faire face à leurs besoins urgents (entraînant une pression à la hausse du prix de vente dans les pays assurant la sécurité de l’approvisionnement énergétique de leurs voisins).

_____________________________________________________

(1) http://www.etso-net.org/upload/documents/2005-00205-01-0.pdf Integration of Renewable Energy Sources in the electricity System - Grid Issues -

(2) Rôle de l'éolien dans la panne du 4 Novembre http://www.sauvonsleclimat.org/documents-pdf/panne.pdf

(3)Pour plus de développements :  

Eolien et système de production d'électricité français : http://ex.sauvonsleclimat.org/new/spip/spip.php?article111

Contribution des éoliennes aux émissions de gaz carbonique en France : http://ex.sauvonsleclimat.org/documents-pdf/eolienCO2nif

COMMUNIQUES

Imprimer E-mail