AccueilBase documentaireRTE - Les réponses de « Sauvons Le climat » à l'appel à contributions sur le Bilan prévisionnel 2019

RTE - Les réponses de « Sauvons Le climat » à l'appel à contributions sur le Bilan prévisionnel 2019

  • Publié le 8 juillet 2019
Jean Fluchère et Georges Sapy
  • Energies fossiles
  • Gestion de l'électricité
  • Electricité nucléaire
  • Stockage de l’énergie
  • Energies renouvelables

RTE - Appel à contributions sur le Bilan prévisionnel 2019 - Les réponses de « Sauvons Le climat »

 

"Sauvons le climat" a répondu à la consultation lancée par RTE, responsable de l'équilibre global production-consommation d'électricité, sur son prochain bilan prévisionnel.


Nous y rappelons les priorités à respecter (le climat, la décarbonation des secteurs les plus émetteurs, les coûts), les hypothèses à prendre en compte sur la demande comme sur l'offre, le contexte européen très déterminant, et les développements à réussir. 

 

Lien vers le document pdf complet

de Jean Fluchère et Georges Sapy (Sauvons Le Climat)

 

 

0. Propos liminaires

L’association « Sauvons Le Climat », dans le cadre de l’ambition qu’elle s’est donnée d’informer, de manière indépendante de tout groupe de pression ou parti politique, sur les problèmes relatifs au réchauffement climatique et sur les solutions proposées pour le ralentir, a souhaité apporter sa contribution à l’appel de RTE sur le Bilan prévisionnel 2019.

L’électricité, d’ores et déjà produite de façon très largement décarbonée dans notre pays, apparait en effet comme le vecteur majeur, même s’il n’est pas le seul, de la réduction des émissions de CO2 dans l’ensemble de l’économie, dès maintenant et à plus long terme dans la perspective de la neutralité carbone visée en 2050. Le droit à l’erreur n’étant pas permis dans un domaine aussi structurant pour l’avenir du pays.

Les réponses apportées ci-dessous ont donc été guidées par trois critères essentiels :

* En premier lieu, continuer à réduire les émissions de CO2 du secteur électrique en bannissant les combustibles fossiles (dès que possible pour les plus émetteurs, charbon et fioul résiduels, à terme pour le gaz naturel) en vue de permettre une substitution la plus large possible d’une électricité décarbonée aux secteurs utilisant encore massivement des combustibles fossiles (mobilité et habitat),

* Mais l’électricité ayant un caractère de plus en plus vital (dans tous les sens du terme) dans une économie moderne, la sécurité d’alimentation a aussi été analysée de très près, en France et dans le contexte européen,

* Enfin, l’électricité étant un bien de consommation courante, son prix doit rester faible pour préserver à la fois la compétitivité de l’économie et le niveau de vie des consommateurs.

Une difficulté est cependant apparue : le respect de certaines orientations du projet actuel de PPE va clairement à l’encontre d’un ou de plusieurs critères ci-dessus. Nous ne nous sommes donc pas interdits de critiquer sur le fond les orientations législatives ou règlementaires concernées, dans la mesure où elles impactent directement les contributions au présent appel. De ce point de vue, nous ne pouvons que nous étonner que RTE, officiellement chargé d’alerter les pouvoirs publics sur la sécurité d’alimentation en électricité du pays à tous les horizons temporels, n’ait pas envisagé dans ses simulations, l’hypothèse d’un maintien de la capacité actuelle du nucléaire, susceptible d’apporter des avantages économiques certains au pays et une contribution majeure à la stabilité du réseau européen interconnecté.

Les réponses de « Sauvons Le Climat » sont apportées ci-dessous dans l’ordre des questions du document de consultation.

Lien vers le document pdf complet  de Jean Fluchère et Georges Sapy (Sauvons Le Climat)

ARTICLES

Imprimer E-mail