AccueilBase documentaireLa consommation d’énergie dans le bâtiment en 2017

La consommation d’énergie dans le bâtiment en 2017

  • Publié le 20 octobre 2019
Jean-Pierre PERVÈS
  • Bâtiment
  • CO2 et GES
  • Université d'été
  • La Transition Energétique
  • PPE

La consommation d’énergie dans le bâtiment en 2017

Les questions que pose le poids des énergies fossiles dans l’existant comme dans la construction neuve  pdfclic

 

L’évolution du pays reste globalement décevante du point de vue de la lutte contre le changement climatique :

  France evolution par rapport aux objectifs de 2023

Le bâtiment est, après les transports, le second émetteur de CO2 en France. Malgré le Grenelle de l’environnement, suivi dans sa continuité par la LTECV, les progrès sur le secteur en matière climatique sont plus que décevants après 12 ans d’efforts : les émissions de CO2 étaient encore en croissance de 2012 à 2017[1].

France batiment second emetteur de CO2

Nous analysons dans cette note la situation actuelle et 3 études très récentes et complémentaires. Nous sommes conduits, sur cette base, à nous interroger sur l’évolution qu’il serait souhaitable d’apporter à la politique actuelle, et en particulier à la RT 2012 (Règlementation technique applicable aux bâtiments) , et à sa déclinaison dans les Diagnostics de Performances Environnementales (DPE).

Ce questionnement est d’autant plus important que des débats – confidentiels - sont en cours entre les industriels et les différents services de l’état. La RT 2012, bien que peu satisfaisante, pourrait être prolongée avant de laisser place (quand ?) à une « RE 2020 » dans laquelle la règlementation « thermique » laisserait la place à une règlementation « environnementale » floue. En effet la RE 2020 pourrait intégrer une vision neutralité carbone encore aujourd’hui mal définie, imposant une vision planétaire de l’énergie, et qui n’a pas encore été sérieusement évaluée. Il serait plus sage d’élaborer une RT 2020 bénéficiant du retour d’expérience actuel, et de repousser de quelques années une RE qui ferait suite à des évaluations à grande échelle en liaison avec nos partenaires commerciaux : l’empreinte carbone d’un produit, d’un matériau, d’un équipement importé ou exporté est en effet complexe à établir, sur la base d’accords internationaux équilibrés.

Suite dans le Document pdf complet

Voir aussi les présentations et vidéos de l'Université d'Été 2019

 

ARTICLES

Imprimer E-mail