AccueilBase documentaireLa suppression de l’augmentation de la taxe climat doit être compensée par une réduction des subventions aux ENR

La suppression de l’augmentation de la taxe climat doit être compensée par une réduction des subventions aux ENR

  • Publié le 7 décembre 2018
Hervé Nifenecker
  • Taxes et quotas
  • La Transition Energétique
  • Point de vue

Point de vue de Hervé Nifenecker

Le gouvernement a décidé de supprimer l’augmentation de la taxe climat portant sur les carburants. Cette taxe a, entre autres,  pour objet de rembourser EDF de ses achats forcés de courant produit par les opérateurs d’éoliennes et de systèmes photovoltaïques. La Cour des Comptes a estimé que ces remboursements, financés jusqu’à présent par une taxe sur l’électricité, la CSPE, et qui devraient l’être, dorénavant, par la taxe climat, ont coûté  27 Mds d’euros jusqu’à présent avec  près de 100 Mds d’engagements. La Cour des Comptes a aussi révélé que ces dépenses n’avaient pas conduit à une réduction des émissions de CO2. Elle a, essentiellement, servi à diminuer la production nucléaire et à la rendre moins rentable.

Le soutien aux énergies renouvelables atteint près de 5 Mds par an. C’est le poste essentiel de la Taxe Climat. Si le gouvernement supprime l’augmentation de cette taxe, qui paiera les producteurs d’électricité éolienne et photovoltaïque ? Sera-ce EDF, qui sauf à se mettre en faillite ne pourrait qu’augmenter ses tarifs. Le refus d’augmentation de ces tarifs  semble aller, effectivement, dans le sens de rendre EDF insolvable.

Nous suggérons de reporter la diminution du revenu de la taxe sur les producteurs de courant éolien et photovoltaïque. Les taxes finançant essentiellement des projets éoliens et solaires qui coûtent cher et sont inefficaces, nous demandons à l'Etat d'arrêter de subventionner ces énergies dites matures. Leurs producteurs devront vendre sur le marché et rien de plus.

Ces producteurs sont soit des particuliers assez aisés pour avoir investi dans des panneaux photovoltaïques leur permettant de vendre sans risque leur production à EDF, soit des entrepreneurs industriels ou bancaires intéressés par des opérations financières rentables en investissant de façon massive dans une production éolienne vendue, elle aussi, en toute sécurité à EDF.

Que ces fournisseurs prennent enfin leur responsabilité nous semble socialement équitable.

ARTICLES

Imprimer E-mail