AccueilBase documentaireLe nouveau parlement européen : Changement de climat ?

Le nouveau parlement européen : Changement de climat ?

  • Publié le 29 mai 2019
SAUVONS LE CLIMAT
  • Développement durable
  • Energies fossiles
  • Nucléaire
  • Climat
  • CO2 et GES

 

 Le nouveau parlement européen : Changement de climat ?

 Le résultat des élections européennes montre que le réchauffement climatique est désormais au cœur de la réflexion des européens. C’est une bonne nouvelle Y a-t-il pour autant unanimité sur les solutions à apporter ?

 Les Verts français ainsi que les associations qui en sont proches (Greenpeace, WWF, FNE, …), le Syndicat des Énergies Renouvelables, l’organisme public ADEME se plaisent cependant à souligner le retard pris par la France par rapport à l’Allemagne dans le développement des énergies renouvelables. En effet l’Allemagne produisait 3,8 fois plus d’électricité éolienne et 3,9 fois plus de photovoltaïque que la France en 2018. Mais les émissions de CO2 par habitant sont cependant 2 fois plus importantes en Allemagne (8,88 tonnes) qu’en France (4,38 tonnes). Cette simple observation montre que le recours au nucléaire pour produire de l’électricité est, en termes de rejet de CO2, un moyen beaucoup plus efficace que les renouvelables intermittents.

Le dernier rapport du GIEC précise que, pour limiter la hausse des températures à 1,5°C, les émissions mondiales de CO2 ne doivent pas dépasser 43 milliards de tonnes par an en 2025. Avec une population mondiale de 9 milliards, ces 43 milliards correspondent à 4,8 tonnes par habitant. Les Français qui émettent 4,38 tonnes, ont déjà fait une bonne partie du chemin, contrairement aux Allemands. Dans ces conditions comment comprendre que l’Europe ne s’inspire pas du modèle français ?

Le nucléaire est la seule technologie, avec l’hydraulique, capable de produire de l’électricité pilotable en quantité et sans émission de CO2. La toute dernière étude de l'Agence Internationale de l'Énergie rappelle l'importance du rôle du nucléaire dans le futur énergétique de la planète.

Certains mettent en avant les dangers de ce mode de production. Une étude de la revue internationale « Forbes » montre que la production nucléaire est moins dangereuse que les autres moyens de production électrique. Si on compte le nombre de décès prématurés par TWh produits on constate que le nucléaire, en tenant compte des accidents de Tchernobyl, TMI et Fukushima, est le procédé de production d’électricité le moins dangereux.

29 05 2019

 Estimation du nombre de décès pour une production de 1 TWh.

 

Les déchets nucléaires qui suivent des filières totalement séparées des autres et sont stockés sous le contrôle d’une Agence nationale indépendante, l’Andra (à la différence de bien d’autres sous-produits) ainsi que le démantèlement des centrales sont également sous contrôle. Ils ne sont, en aucun cas, une source d’un réchauffement climatique que subiront les générations futures.

Pour contenir le réchauffement climatique, l’Europe se doit d’être réaliste et de choisir les meilleures solutions. Il est étonnant que les solutions mises en œuvre dans les pays ayant les taux les plus bas d'émissions de CO2 par habitant, comme la Norvège, la Suède ou la France ne servent pas d’exemple. Espérons que les nouveaux élus parviennent à insuffler plus de réalisme à leurs aînés.

 

 

COMMUNIQUES

Imprimer E-mail