AccueilBase documentaireUn groupe international d’experts du climat et de l’énergie interpelle le Président Macron

Un groupe international d’experts du climat et de l’énergie interpelle le Président Macron

  • Publié le 3 juillet 2017
SLC
  • France
  • Climat
  • Electricité nucléaire

Un groupe international de près de 50 experts du climat et de l’énergie vient d’adresser un message au Président Macron. Il salue son engagement en faveur de la taxation des émissions de gaz carbonique. Mais il attire son attention sur les effets négatifs d’une réduction de la part d’électricité d’origine nucléaire.

 Il prévient que celle-ci conduirait à une plus grande utilisation d’énergies fossiles, alors que la France a un des plus faibles taux d’émissions de CO2 par habitant.

Il s’appuie sur l’exemple allemand dont la fermeture de centrales nucléaires et les investissements considérables dans l’éolien et le solaire n’ont pas conduit à une réduction des émissions de CO2. Il prédit également, si la France suivait le mauvais exemple allemand, une augmentation importante des factures d’électricité pour les ménages et les entreprises, et un impact très négatif sur les exportations de la filière nucléaire française.

Les experts exhortent au contraire la France à poursuivre la décarbonation de l’électricité à partir de toutes les sources propres, afin de remplacer les combustibles fossiles dans les transports et le chauffage.

→ accédez à l’original du message et à la liste des signataires :

→ accédez à la traduction française du message et la liste des signataires :

 

REQUETE aux Législateurs et Autorités le 9-04-16
Liste de diffusion « in fine »

Cher Monsieur / Madame

Nous souhaitons attirer votre attention sur la taxation de l’électricité qui nous paraît incohérente avec les objectifs de la France en matière climatique, objectifs encore rappelés en fin d’année 2015 lors de la COP21.
Ces objectifs visent à diminuer fortement et rapidement nos émissions de gaz à effet de serre, et en particulier le CO2.
Vous savez certainement que le chauffage des bâtiments est le premier poste d’émission de CO2 en France. Il paraît donc naturel de faire porter nos efforts de réduction sur ce poste.

Aujourd’hui, un particulier peut opter pour un chauffage au fuel, au gaz naturel ou à l’électricité.

Pour ce qui concerne les émissions de CO2, le premier choix est le pire (≈300 g/kWh) ; vient ensuite le second (≈230 g/Wh), et enfin le troisième (≈100 g/kWh),
COMMUNIQUES

Imprimer E-mail