AccueilBase documentaireUn débat public biaisé

Pompe à chaleur - fiche n°1

SLC

 

Présentation

Maison récente, tout électrique, fin de construction en 1987

Surface totale 165 m2

Partie jour : cuisine + salon + salle à manger + mezzanine = 100 m2

Partie nuit : couloir + 4 chambres + 2 salles de bain = 50m2

Buanderie : 15 m2

 

Les équipements initiaux étaient :

Radiateurs électriques radiants pour la partie jour, le reste convecteurs.

Eau chaude électrique cumulus de 300 l

Cuisine tout électrique

Consommation annuelle : 22 350 kWh

Nota : Une estimation des utilisations hors chauffage et eau chaude sanitaire conduit à estimer la part propre du chauffage voisine de 19 000 kWh (115 kWh/m²/an)

Coût annuel (compteurs Heures Creuses et Heures Pleines) = 2300€.

 

Modifications : Installation de deux pompes à chaleur air / air

Les calories nécessaires sont puisées dans l’air extérieur et le chauffage de la maison est assuré par de l’air chaud pulsé. Cette source de chaleur est facilement exploitable, sans capteur important ou coûteux à installer et sans autorisation spéciale.

Mise en place d’une pompe à chaleur de marque HITACHI ayant les caractéristiques :

(Efficace jusqu’à – 15°C extérieur avec système de dégivrage incorporé sur module externe

L’élément extérieur qui occupe un volume parallélépipédique

L= 1 m ; H=0,6 m ; e = 0,3m est fixé en hauteur sur le pignon de la maison.

L’élément intérieur de type « console » posé sur le sol avec raccordement eau usée pour les égouttures. Plusieurs vitesses de soufflage avec possibilité de volet mobile, position nuit très silencieuse et programmation sur 24 h.

La console constitue le seul point de soufflage, un gainage étant difficile à créer dans une maison existante en notant que le coin jour ne comprend pas de grenier.

Suppression de tous les radiants

Mise en place d’une pompe à chaleur de marque PANASONIC

Efficace jusqu’à - 5°C extérieurs avec système de dégivrage incorporé sur module externe.

L’élément extérieur qui occupe un volume parallélépipédique

L= 1 m ; H=0,6 m ; e = 0,3m, est fixé sur le pignon de la maison.

Elément intérieur de type "coffre" fixé en position haute dans le couloir des chambres avec raccordement eau usée pour les égouttures.

De l’air chaud est soufflé, pour que le coin nuit soit chauffé "portes ouvertes".

Plusieurs vitesses de soufflage avec possibilité de volet mobile. Pas de gainage créé, ce module étant considéré comme module d’appoint, malgré la présence d’un grenier.

La simplicité de l’installation a été privilégiée.

Les anciens convecteurs ont été conservés pour usage occasionnel "porte fermée".

Pas de changement

L’installation a été faite 1 mois après commande et a duré 2 jours avec 2 personnes.

Total 8 000 € TTC (installation comprise) qui se répartissent en :

5000 € pour la partie jour et 3000 € pour la partie nuit :

Aucune aide, ni crédit d’impôt n’ont été sollicités pour cette installation.

Les pompes à chaleur air/air étaient à l’époque exclues des aides

Depuis 2006, les pompes à chaleur air/air avec un COP > 3 pour une température extérieure de 7°C et d’une puissance supérieure à 5 kW peuvent prétendre au crédit d’impôt (50% et jusqu’à 12 000 € pour un couple) mais le matériel doit être du type multisplit ou d’un diffuseur gainable, ce qui n’était de toute façon pas le cas.

 

Un premier bilan

Le premier bilan basé sur douze mois donne une consommation totale électricité tous usages de 15 000 kWh pour une facture de 1600 €. De là on déduit une consommation estimée sur la seule partie chauffage de 11 650 kWh soit une baisse de 7350 kWh (- 40 %).

Comme pour toute installation nouvelle, un apprentissage de l’utilisation est à réaliser. Des gains supplémentaires sont espérés qui devraient conforter les performances affichées par le constructeur (gain de 65% environ).

A cette nouvelle consommation réduite, correspond aussi un supplément de confort avec la climatisation l’été, même utilisée avec parcimonie.

Le gain de la première année est de 700 €.

La deuxième année est pour l’instant plus favorable que la première, mais il faut prendre du recul pour tenir compte des variations climatiques.

Cette installation réalisée sans aucune aide, devrait donc être amortie sur 11 ans.

 

Bilan CO²

480 kg de CO² rejetés évités

 

Déchets nucléaires

En France la fourniture d’un kWh d’électricité par EDF induit la production de déchets : :
- à vie courte : 9,1 mg/kWh
- à vie longue : 0,9 mg/kWh

Ce sont donc 67 g de déchets à vie courte et 7.6 g de déchets à vie longue évités

Les quelques problèmes de givrage de la gouttière du toit recevant les condensas extérieurs ont été résolus en surveillant la propreté de la gouttière à l’automne (feuilles des arbres à proximité)

En bilan global : très satisfait des performances de l’installation en été comme en hiver.

La climatisation discontinue l’été est à considérer comme un bonus.

Pas de nuisance sonore ni de sensation de courant d’air dans la maison.

Le dépoussiérage de l’air de la maison est réalisé en continu par les modules intérieurs.

  1. Description de l’installation
    • Modifications partie jour :
      • en chauffe : 2 kW consommés pour 6,5 kW restitués
      • en froid : 2 kW consommés pour 5 kW restitués
    • Partie nuit :
      • en chauffe : 0,845 KW consommés pour 3,6 KW restitués
      • en froid : 0,6 KW consommés pour 2,6 KW restitués
    • pour le chauffage de la buanderie trop excentrée par rapport à la maison et maintien du convecteur
    • pour la production d’eau chaude qui reste inchangée (cumulus électrique)
    • pour la cuisine : four, plaques chauffantes…
  2. Installation, coût, financement
  3. Conséquences environnementales
  4. Remarques, conseils
Fiches pratiques