AccueilPrésentationSLC dans les médiasRalentissement de l'accroissement de la température globale de surface et accélération de la fonte des glaces

Ralentissement de l'accroissement de la température globale de surface et accélération de la fonte des glaces

  • Publié le 10 mars 2018
André Berger et collaborateurs
  • Changement climatique
  • cryosphère

Article de André Berger, Qiuzhen Yin, Hervé Nifenecker, Jean Poitou[1], Traduit de Slowdown of global surface air temperature increase and acceleration of ice melting" publié  dans Earth’s Future, Vol 5, N° 7, p811–822, 2017: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/2017EF000554/full

Présentation synthétique Bien que la dernière décennie soit la plus chaude observée depuis le début des mesures instrumentales et bien que le CO2 continue à croître, la température globale de surface n'a pas augmenté autant qu’auparavant durant les dernières 10-15 années, conduisant à un soi-disant hiatus, ou ralentissement du réchauffement. Il s'agit d'un événement fondamental pour lequel il n'y a pas encore d'explication définitive, quoique de nombreuses causes possibles aient été présentées. Ici, nous prenons en compte les phénomènes quasi simultanés qui se sont produits au début du 21è siècle : une accélération de la disparition de la banquise estivale dans l'Arctique, une accélération de la fonte des calottes glaciaires et des glaciers, une accélération de l'élévation du niveau de la mer, et la survenue d'un fléchissement de la tendance au réchauffement de l'atmosphère. Nos calculs, qui reposent sur trois enregistrements de données climatiques, montrent que l'énergie laissée par l'atmosphère du fait du ralentissement du réchauffement est à peu près équivalente à l'énergie nécessaire à la fonte des glaces observée sur la même période. Alors que la quantité de chaleur contenue dans l'atmosphère seule se stabilise après 2002, on n'observe pas de stabilisation si on y ajoute la chaleur liée à la fonte de la glace, un indice d’une redistribution de la chaleur au sein du système atmosphère-cryosphère.

[1]    André Berger et Qiuzhen Yin sont au Geroges Lemaître Centre for Earth and Climate Research, Earth and Life Institute, Université Catholique de Louvain, Louvain la Neuve, Belgique ; Hervé Nifenecker et Jean Poitou sont membres de l'association "Sauvons le Climat", Paris, France

Télécharger l'article complet en pdf

ARTICLES

Imprimer E-mail