Sauvons Le Climat : solutions pour le futur, actions au présent
COMMENT (VRAIMENT) RÉDUIRE LES EMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (GES)

Ce que nous voulons :

la consommation sans frein des énergies fossiles provoque, via les gaz à effet de serre, un réchauffement climatique dont les conséquences s’annoncent redoutables. Sauvons le climat (SLC) cherche humblement à apporter une contribution positive, scientifique, cartésienne au débat, tout en estimant urgent que se crée un mouvement d’opinion puissant exprimant, loin des positions idéologiques, la réalité des faits et les conséquences que nous devons en tirer.

ARTICLES
  • La production d’électricité : clé du succès climatique.
    Un oubli de la Convention Citoyenne

    pdfclic

     Hervé Nifenecker[1]

     

    En utilisant des données internationalement reconnues et en comparant les mix électriques de quelques grands pays, Hervé Nifenecker montre l'importance de la stratégie de décarbonation de l'électricité dans la performance d'ensemble.



    [1] L’auteur remercie Fabien Perdu pour sa relecture critique et ses suggestions

  • Joignez les actes à vos paroles Monsieur le Président

    pdfclic

     

    Lors de l'interview donnée par le Président Macron à Saint Martin de Vésubie le 7 octobre, le journaliste Jeff Wittenberg l'a interrogé sur sa politique climatique. Le Président l'a défendue en arguant de sa politique sur la taxation des gros véhicules et du fait qu'il avait décidé l'arrêt de toutes les centrales au charbon.

    Le Président a également précisé : « si vous fermez les centrales nucléaires, vous êtes obligés de rouvrir aujourd’hui des centrales à charbon, donc ne vous trompez pas de stratégie ». 

    « Sauvons Le Climat » se félicite de voir que le Président convient enfin clairement de la nécessité des centrales nucléaires pour mettre en œuvre une vraie politique climatique. De ce fait la PPE devrait être largement revue de même que la politique de limitation de la part du nucléaire à 50 % du mix, qui entraînerait la fermeture de 14 réacteurs nucléaires et, par conséquent la construction d'une puissance thermique (charbon ou gaz) équivalente, les énergies éoliennes et photovoltaïques, intermittentes, ne pouvant garantir en continu la fourniture indispensable d’électricité.

     

     

  • Gouverner, est-ce encore prévoir ?

    pdfclic

     

    Une très mauvaise nouvelle pour le climat : la France a été obligée de rallumer ses centrales à charbon en septembre parce qu’elle manquait d’électricité. Comment en est-on arrivé à devoir émettre du CO2 pour produire de l’électricité à la belle saison ?

     

  • Le gaz « énergie propre » pour l’Europe, LREM et l’ancien président de WWF France

    pdfclic

     

    Soutenu par la présidence allemande de Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission Européenne, le Parlement Européen vient de voter la création d’un « Fonds de transition juste » doté de 10 milliards d’euros. Ce fonds va accorder des financements à des programmes mettant en œuvre le gaz naturel, comme si cette source d’énergie était « propre » vis-à-vis du réchauffement climatique. 

  • Des bornes de recharge nombreuses, fiables, simples et conviviales, vite !...

    pdfclic

     

    L’été est la période où on circule le plus hors de sa région de résidence. Les possesseurs de véhicules électriques ou hybrides rechargeables ont donc pu tester les possibilités existantes pour recharger ceux-ci sur le réseau de bornes publiques. 
     

    Et la déception est grande, pour ne pas dire plus, devant les insuffisances et les problèmes posés par ces bornes.

    Il est grand temps que les pouvoirs publics prennent la mesure de ces problèmes et les résolvent s’ils ne veulent pas compromettre le développement des véhicules électriques. Il ne suffit pas d’inciter à l’achat de VE et de VHR : il faut un réseau de bornes nombreuses, fiables, simples et conviviales pour donner confiance aux futurs acquéreurs.

  • Le scandale des débats publics

    pdfclic

     

                       Ecarté du débat public sur les éoliennes flottantes au sud-Bretagne, « Sauvons le climat » dénonce la mascarade des débats publics qui ne sont que de grands barnums manipulés et sans valeur pour informer objectivement et honnêtement les citoyens.

     

  • Le nouveau gouvernement saura-t-il enfin s’attaquer au problème du climat sans autre objectif que l'efficacité des mesures prises ?

    pdfclic

     

    Le nouveau gouvernement, de Jean Castex, vient de prendre ses fonctions. C’est donc à lui qu’échoit la rude tâche de réorienter la politique énergétique de la France après une période marquée par des occasions manquées et pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

    Il s’agit bien de réorienter la politique : deux avis indépendants et incontestables sont tombés simultanément :

    • Le Haut Conseil pour le Climat, mis en place par le Président de la République fin 2018, vient de rendre son rapport annuel et il est sans appel :  le Haut Conseil constate un accroissement des annonces du gouvernement quant au rythme de baisse des émissions de gaz à effet de serre, mais aucune avancée structurelle dans les domaines prioritaires du bâtiment et de la mobilité. Le rythme actuel de baisse des émissions ne répond pas aux enjeux de la transition bas carbone et reste marginal par rapport aux efforts structurels à accomplir. Très mauvaise note pour le gouvernement précédent !
  • Captage et stockage du CO: une bonne idée ?

    pdfclic

     

    Pour atteindre la neutralité carbone, le captage et le stockage du CO2 sont considérés comme indispensables. Mais leur réalisation se heurte à de grosses difficultés et des problèmes de coûts, tant énergétiques que financiers.

    La première difficulté provient du fait que le CO2 est essentiellement produit de manière diffuse et dispersée, en particulier dans les transports, pour le chauffage individuel, … Seulement 10 % à 20 % du CO2 est produit en quantités notables de manière centralisée et pourrait être capté. En outre, les technologies de captage sont gourmandes en énergie. Ainsi, dans les centrales électriques utilisant l’énergie fossile le captage induit un surcoût allant de 15 à 30 €/MWh. Sa mise en œuvre ne sera envisageable que lorsque la taxe CO2 atteindra entre 50 et 100 €/tonne CO2, selon le type de ressource fossile (gaz naturel ou charbon) utilisée.

  • Fessenheim : la deuxième étape d'une dérive funeste

    pdfclic

     

     

    Le 30 juin prochain, le deuxième réacteur de la Centrale de Fessenheim sera définitivement arrêté. C'est une capacité annuelle de production en continu de 6 TWh d'électricité décarbonée qui sera mise au rebut alors qu'elle était en capacité de continuer à produire en toute sûreté pendant de nombreuses années.

  • Électricité « 100 % renouvelable » : une utopie européenne ?

    Atteindre « 100 % d’électricité renouvelable » dans des conditions à la fois environnementalement durables, socialement acceptables par les citoyens et économiquement supportables pour les consommateurs, s’apparente à une utopie. Seul « plan B » réaliste : conserver une part importante d’énergies de stock qui, compte tenu des besoins massifs, ne peut être que l’énergie nucléaire, non émettrice de CO2. Un retour au gaz fossile qui est non seulement émetteur de CO2, mais aussi émetteur de méthane du fait des fuites dans la production, le transport et l’utilisation, rendrait impossible la neutralité carbone. Veut-on réellement lutter contre le réchauffement climatique ?

  • Vous avez mis les masques au rebut et vous bradez les réacteurs de Fessenheim

    Vous persistez dans le contre-sens

    pdfclic

     

    Dans son communiqué du 28 avril, la Ministre de la Transition Écologique et Solidaire insiste « sur l’importance d’une bonne coordination des arrêts de réacteurs nucléaires dans les semaines et mois à venir pour travaux de maintenance et rechargement en combustible, afin de maximiser la disponibilité du parc de production pendant l’hiver. La filière devra s’assurer de la mobilisation de chaque acteur pour relancer ces chantiers dans les meilleurs délais pour tenir cet objectif ».

  • Le nucléaire écarté des financements durables en Europe ? Une aberration !

     

    Les ministres européens ont adopté le 15 avril le compromis sur la finance durable trouvé en décembre dernier avec le Parlement. Ce texte n’admet que les seules énergies renouvelables et bloque le nucléaire, énergie pourtant décarbonée. Pour « Sauvons le climat », le texte adopté encourage un mix renouvelable/gaz pour la production d’électricité, ce qui est une aberration environnementale et économique. 

     

     

  • Contributions de « Sauvons le climat » aux Consultations publiques récentes :

    pdfclic

     1) « Programmation pluriannuelle de l’énergie »

    2) « Stratégie nationale bas-carbone »

    3) « Ordonnances ‘Passoires énergétiques’ »

     

    Février et mars 2020 ont vu fleurir plusieurs consultations publiques couvrant la politique énergétique du pays, avec des délais de réponses courts, un mois, sur des dossiers très lourds.

    « Sauvons le climat » s’est attaché, très pragmatiquement, à apporter des avis argumentés sur l’essentiel des points présentés, en s’interdisant d’assener des points de vue idéologiques.

  • Nucléaire réduit à 50 % : moins de sécurité, plus de CO2 ...

    pdfclic

     

     

    Réduire la part du nucléaire à 50 %, avec l’arrêt programmé de 14 réacteurs d’ici à 2035, a été présenté comme une nécessaire diversification « pour ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier » et sécuriser l’alimentation du pays. En réalité, cela va aboutir au résultat exactement inverse.

     

  • Fessenheim condamné, un énorme gâchis pour le climat et pour le pays

    pdfclic

     

    En décidant la mise à l’arrêt définitif du réacteur n°1 de Fessenheim, la France fait le choix de se priver d'une unité opérationnelle de production d’électricité pilotable et non émettrice de CO2 : cette unité de production d’électricité aurait pu durer encore une, voire plusieurs décennies et aucune source d’électricité décarbonée propre à compenser la fermeture n'a été mise en service au préalable. Le Président de la République avait pourtant affirmé haut et fort que la France voulait être exemplaire dans la lutte contre le réchauffement climatique... l'arrêt de la centrale constitue pourtant au moins une triple peine pour notre pays.

  • Quelles sources d'énergie pour sauver le climat ?

    Lors de la COP25 à Madrid en décembre 2019, Sébastien Richet du GISOC (Global Initiative to Save Our Climate, fondé à l'initiative de membres de Sauvons le climat) a présenté un « poster », selon les pratiques habituelles pour ces rencontres. Ce poster résume une étude scientifique portant sur les facteurs limitants (par pénurie des éléments nécessaires) de sources de production d'électricité décarbonée. Cette étude conclut que la seule source de production d'électricité susceptible de satisfaire les scénarios les plus exigeants est l'énergie nucléaire avec retraitement et réacteurs de 4ème génération, avec le cas échéant, en complément, une contribution de la bioénergie fondée sur le bois et de l'énergie hydraulique.

     

  •  

                   Dix propositions de « Sauvons le climat » sur la mobilité propre  pdfclic

     

    En septembre 2018, « Sauvons le climat » avait consacré son Université d’Eté à l’examen des solutions de mobilité propre de nature à réduire la contribution du secteur transport à l’émission de gaz à effet de serre (GES), tout particulièrement la mobilité électrique. Les travaux et échanges ont été poursuivis sur quelques aspects, sans couvrir encore tout le champ des évolutions indispensables ; n’ont pas encore été traités les aspects sociétaux et comportementaux, ni l’organisation des transports de marchandises. « Sauvons le climat » en tire aujourd’hui une synthèse (voir le document séparé auquel ces propositions se réfèrent) et une série de 10 propositions :

  • Tout le parc immobilier BBC en 2050 ?

                   un objectif complètement irréaliste !  pdfclic

    En France, le bâtiment arrive en deuxième place des émissions de CO2, juste derrière les transports. C’est donc un secteur où il faut agir en priorité dans la perspective de la neutralité carbone du pays en 2050. Or, les actions entreprises jusqu’à présent pour réduire ces émissions dans le bâtiment, essentiellement fondées sur la réduction de la consommation d’énergie, ont donné des résultats très décevants. Plus grave, la neutralité carbone est explicitement fondée sur les mêmes critères énergétiques : l’ensemble du parc de logements qui existera en 2050 (environ 2/3 de logements actuels rénovés, et 1/3 de nouveaux logements construits à partir de 2020) devra respecter la norme BBC (bâtiment basse consommation).

  •  

    Éoliennes flottantes : un coût bien trop élevé supporté par les consommateurs

     

    La France a décidé fin 2018 de lancer quatre projets pilotes d’éoliennes flottantes en Méditerranée et Bretagne. Sauvons le Climat a analysé les informations rendues publiques par la Commission Européenne avant d’autoriser l’Etat français à verser des subventions importantes aux quatre projets. Et elle a écrit au Premier Ministre pour s’étonner du coût très élevé des quatre projets en prenant l’exemple du projet EOLMED, les autres étant très comparables, ainsi que pour dénoncer un certain nombre d’informations fantaisistes avancées par les promoteurs.

     

  
  
  
  
  

NOUVEAU : Livret "Climat La réalité tout simplement"

Dans la même collection que
Réchauffement climatique Bonnes questions & vraies réponses

 

 Cliquer ICI pour accéder à la présentation
avec vidéo et lien vers le bon de commande

Galerie vidéos SLC

Besoin d'un conférencier ?

conferencier

SLC peut vous mettre en relation avec le conférencier dont vous avez besoin.N'hésitez pas à réserver !

Réserver un conférencier

Scénario NEGATEP

image Negatep2017

SLC Régions

SLC s'engage tous les jours auprès des régions pour faire progresser les mentalités.