Sauvons Le Climat : solutions pour le futur, actions au présent
COMMENT (VRAIMENT) RÉDUIRE LES EMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE (GES)

Ce que nous voulons :

la consommation sans frein des énergies fossiles provoque, via les gaz à effet de serre, un réchauffement climatique dont les conséquences s’annoncent redoutables. Sauvons le climat (SLC) cherche humblement à apporter une contribution positive, scientifique, cartésienne au débat, tout en estimant urgent que se crée un mouvement d’opinion puissant exprimant, loin des positions idéologiques, la réalité des faits et les conséquences que nous devons en tirer.

ARTICLES
  • Mega projet solaire de Saucats : bonnes questions, mauvaises réponses

    Le projet Horizeo, qui doit être implanté à Saucats, et pour lequel vient de débuter une enquête publique, se présente comme « Horizeo, création d’une plateforme d’énergies renouvelables ». HORIZEO est annoncé comme un projet multi-énergies ambitieux, innovant et responsable qui associe sur un même site production, stockage et consommation d’énergies exclusivement renouvelables.

    Un bien beau projet donc… sur le papier. Mais comme pour ce qui est innovant et d’apparence aussi séduisant, il amène à pas mal de questions. Les dossiers fournis par le maître d’ouvrage apportent un certain nombre de réponses qui relèvent plus de la poudre aux yeux et de la manipulation que de la description d’un projet qui présente de l’intérêt environnemental et économique.

  • On peut discuter de tout sauf des chiffres

    ou

    Pourquoi le « tout marché » européen de l’électricité est devenu fou

     Les Français s’inquiètent depuis plusieurs semaines de l’envolée des prix du gaz et de l’électricité. Ils ont raison. Ces augmentations ont une cause commune : l’envolée des prix du gaz sur le marché mondial qui affecte non seulement les consommateurs de gaz, mais aussi les consommateurs d’électricité.

    Le prix du MWh de gaz est passé de moins de 15 € en septembre 2020 à près de 60 € courant septembre 2021 et a continué à augmenter entre fin septembre et début octobre pour atteindre 108 € à Rotterdam le 6 octobre ! Soit des multiplications respectives de son prix par 4 et 7 en un an, complètement folles !

  • Quelles énergies pour demain ?

    La question de l’énergie va être la plus importante de ce siècle pour l’ensemble de l’humanité, qui doit faire face à une révolution inédite, très différente des révolutions passées. Une courte rétrospective historique permet d’éclairer le sujet : après avoir vécu pendant des millénaires avec très peu d’énergie disponible, exclusivement renouvelable, l’humanité a enchaîné depuis un peu plus de deux siècles plusieurs révolutions énergétiques successives avec l’usage du charbon, puis du pétrole, puis du gaz, tous fossiles, puis de l’électricité qui peut être produite à partir de ces sources fossiles et de nombreuses autres sources primaires d’énergie, renouvelables et nucléaire. L’usage cumulé de ces sources a rendu possible une consommation énergétique très élevée dans les pays développés.

  • La Commission Européenne pénalise l’énergie nucléaire au détriment de la lutte contre le réchauffement climatique

    La France doit agir pour que le développement de l’énergie nucléaire soit pleinement soutenu tant au plan européen que national.

     Le 7 septembre, le Commissaire européen au Budget et à l’Administration, Johannes Hahn, a déclaré dans un communiqué que l’Union Européenne lancerait courant octobre l’émission d’obligations vertes, jusqu’à 250 milliards d’euros d’ici 2026. Dans le cadre du plan de relance européen, ces obligations sont destinées à financer notamment des investissements et des infrastructures « durables », favorisant la transition énergétique et contribuant aux objectifs de lutte contre le dérèglement climatique. Johannes Hahn a précisé que le gaz pourra être inclus pour son utilisation dans les réseaux de chaleur et qu’en aucun cas ces obligations ne pourront couvrir le développement de l’énergie nucléaire.

  • INSCRIPTIONS

    Sauvons Le Climat tiendra son « université d’été 2021 » sur le thème
    Agriculture et Climat

    du mardi 2 novembre à 12h au vendredi 5 novembre à 14h
    au Domaine de Roiffé, à Roiffé (86120)

    Le programme des journées s’articulera autour des thèmes suivants :

    • Panorama général et mécanismes de l’agriculture
    • Politique agricole et alimentaire
    • Adaptation au changement climatique
    • Agroforesterie et forêts

    L’après-midi du mercredi 3 novembre comprendra (transport en car prévu) :

    • Visite d’une installation de méthanisation sur une exploitation agricole à Champigny-sur-Veude
    • Conférence publique à Chinon par Stéphane Le Foll, ancien ministre de l’agriculture, maire du Mans
  • Ça n’arrive qu’aux autres

    Crédit photo: Rhein-ERFT-Kreis-AFP

    C’est bien connu et le GIEC l’a dit, les pays qui vont le plus souffrir du réchauffement climatique sont les pays les plus pauvres. Or, justement parce qu’ils sont pauvres, ce sont ceux qui émettent le moins de CO2. C’est très désagréable pour eux, mais on se donne bonne conscience en leur promettant de l’aide via des mécanismes internationaux technocratiques dont on va discuter pendant des heures à l'occasion des prochaines COP, et on se dit que dans nos pays riches, le réchauffement ne peut pas être si grave, du moins pour le moment.

    Mais la nature ne fait pas de sentiment. Le changement climatique frappe en effet durement les pays pauvres, tels ces pays d’Afrique où l’aridité croissante ne permet pas à l’agriculture de nourrir les populations. Mais les pays riches peuvent eux aussi être durement frappés. Les catastrophes récentes en sont une démonstration : les incendies en Australie, en Sibérie, en Suède, pour ne citer que les plus gigantesques d’entre eux, les chaleurs meurtrières à l’ouest non seulement des États-Unis mais aussi du Canada, les inondations aux conséquences dramatiques en Allemagne, en Belgique, en Chine ou en Inde…

  • Cordemais-Fessenheim : échec au climat

                Fin de partie pour le projet Ecocombust. La centrale de Cordemais ne sera pas convertie à la biomasse. EDF jette l'éponge face aux coûts de l'opération...

                Il ne s'agit pas d'une véritable surprise pour qui connaissait un peu ce projet qui pouvait paraître intéressant sur le papier mais qui n'avait pas de vraie dimension industrielle. On sait aussi que le bilan environnemental était loin d'être aussi séduisant qu'affiché par certains : une part de charbon restait nécessaire et le projet n'était pas bas carbone, l'approvisionnement en combustible biomasse même de récupération présentait un impact environnemental conséquent, ...

                Fin de l'illusion donc et retour au pragmatisme.

                Pour autant, on nous annonce que la centrale va devoir continuer à fonctionner au charbon au moins jusqu'en 2024 (voire 2026 dixit RTE), et pour des durées limitées, pour assurer la sécurité du réseau... tiens donc !

  • Décarboner les bus urbains.

    Bus à hydrogène ou bus électriques ?

    Estimations des coûts du CO2 évité : Exemple de la Communauté de Dijon.


    Photo : maquette-des-bennes-a-ordures-menageres-a-hydrogene
    (crédits Dijon Métropole)

     

    De nombreuses communes se détournent de la propulsion diesel ou gaz (GNV) pour faire fonctionner leur parc de bus pour diminuer leurs émissions de CO2. La RATP a par exemple décidé pour ses 4 700 autobus de s’équiper de bus électriques à batteries à 80 % , le reste fonctionnant au GNV.

    Au vu des incitations fiscales, les communes se voient proposer de choisir des autobus fonctionnant à l’hydrogène. Ainsi, la communauté de Dijon a choisi de s’équiper uniquement avec des bus à hydrogène.

  • La France aura-t-elle assez d’électricité en 2050 ?



     La consommation énergétique de la France en 2050 est un sujet majeur qui suscite de très nombreux scénarios et débats. Le sujet l’est d’autant plus qu’il va devoir s’accompagner d’une profonde révolution énergétique imposée par la lutte contre le réchauffement climatique : abandonner toutes les énergies fossiles émettrices de CO2 (charbon, pétrole, gaz naturel) pour ne conserver que des énergies primaires non carbonées.

    Or, en 2019, les énergies fossiles ont représenté 70 % de l’énergie finale totale consommée par le pays, les énergies faiblement carbonées, nucléaire et renouvelables ayant fait le reste avec seulement 30 %. En 2050, elles seront les seules utilisables. Elles devront donc croître fortement pour satisfaire les besoins en énergie du pays.

  • Climat : une France faible qui sacrifie ses intérêts au sein d'une Europe faible

     - Que penser de l'actualité récente, avec un sommet de Chefs d’États organisé par Joe Biden et les annonces de l'Union Européenne sur ses objectifs 2030 ?

    - La première évidence est que le leadership diplomatique sur le climat reste exercé par l'axe sino-américain et que l'Europe est à la remorque.

    - La deuxième évidence est que le leadership européen est exercé par l'Allemagne alliée à l'ensemble de la mouvance écolo-politique.

    - La Commission Européenne (qui, derrière son discours lénifiant sur le climat, est, de fait, acquise aux intérêts particuliers) et le Parlement (noyauté par les thèses écolo-politiques) se rejoignent sur un chemin qui sacrifie les intérêts du climat et, au passage, ceux de la France.

  • L’hydrogène, solution miracle ou leurre ?


    Crédit photo : Michel Labelle /Total

     

    Chacun a son opinion, mais quelles sont les données ?

                L’Hydrogène est aujourd’hui un produit industriel bien maîtrisé comme produit chimique dans la fabrication des engrais ou le traitement des pétroles. Comme on espère l’utiliser pour pallier l’intermittence des renouvelables, il a été récemment promu comme un vecteur essentiel dans l’économie de l’énergie. Si on entend s’affranchir du nucléaire pilotable, il convient d’en produire de grandes quantités pour générer de l’électricité dans les périodes sans vent et sans soleil. Il est essentiel aux scenarios « tout renouvelable » pour la production d’énergie.

  • 46 associations interpellent Ursula Von der Leyen afin d'inclure le nucléaire dans la taxonomie européenne

     
    27 associations de l'Union européenne et 19 hors Union viennent d'adresser le 26 mars dernier à la présidente de la Commission Européenne une lettre pour réclamer l'inclusion du nucléaire dans la taxonomie européenne en cours d'établissement, au nom de la protection du climat. Sauvons le climat fait partie des signataires.

    Le collectif "weCARE", dont Sauvons le Climat est membre fondateur, en a fait de même, en insistant sur la dimension géopolitique du nucléaire pour l'Europe.

                    

       Lettre : 46 ONG environnementales demandent que le nucléaire soit mieux pris en compte dans la taxonomie européenne, au nom du climat

       Lettre de WeCare à la Présidence de l'Union Européenne : Nuclear Energy: a geostrategic challenge for the European Union (version anglaise - traduction à venir)

     

     

     

  • OUI AU PHOTOVOLTAÏQUE QUAND IL EST PERTINENT ET BIEN UTILISÉ


    Crédit photo : Mel Stoutsenberger/Fotolia

     

    À de nombreuses reprises Sauvons Le Climat a dénoncé les politiques de soutien inconsidérées et très onéreuses à la production, en France métropolitaine, d'électricité solaire intermittente, réalisée avec du matériel importé de Chine et qui n'apporte pratiquement aucun gain au bilan carbone de notre pays.

    Pour autant, le photovoltaïque a tout son intérêt pour certaines utilisations et sur certains territoires. Le contexte africain est, par exemple, favorable, compte tenu de la situation énergétique et du niveau d'ensoleillement du continent. Les sommes dépensées en soutien au photovoltaïque y présentent un double intérêt en permettant d'apporter l'énergie sans contribuer à la dégradation du climat.

    L'exemple de la zone maraîchère de Nioro au Mali illustre parfaitement ce propos.

  • Rapport du Haut-Commissaire au plan « électricité, le devoir de lucidité »

    Est-ce enfin le début d'un retour à la raison ?

    Le Haut-Commissaire au Plan vient de publier un rapport au titre évocateur : « Électricité, le devoir de lucidité » (ce qui sous-entend que la lucidité n'est pas vraiment le marqueur des orientations actuelles).

    Le rapport reprend de nombreux éléments portés depuis longtemps par Sauvons le Climat. On peut y lire en particulier :

  • Un système électrique « 100 % renouvelable » est-il réellement possible ?

     Crédit photo : Reuters

     

    Le mercredi 27 janvier 2021, RTE (gestionnaire du Réseau de Transport de l’Électricité) a officiellement présenté en conférence de presse son étude réalisée en commun avec l’AIE (Agence Internationale de l’Énergie) intitulée : « Conditions et prérequis en matière de faisabilité technique pour un système électrique avec une forte proportion d’énergies renouvelables à l’horizon 2050 ».

  • L’État reconnu responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique : il doit changer de cap !

    pdfclic

     

     Par un jugement du 3 février 2021, le tribunal administratif de Paris juge que la carence partielle de l’État français à respecter les objectifs qu’il s’est fixés en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre engage sa responsabilité. Afin de déterminer les mesures devant être ordonnées à l’État pour réparer le préjudice causé ou prévenir son aggravation, les juges ont prononcé un supplément d’instruction, assorti d’un délai de deux mois. La tâche sera difficile et risquée… !

  • Du 1er au 8 janvier 2021 notre réseau électrique n’a tenu que grâce au nucléaire,
    à l’hydraulique et aux importations : une fragilité accélérée du mix électrique français

    pdfclic

     

    La période froide dans laquelle s’est trouvée la France, début janvier 2021, est particulièrement intéressante car, avec des conditions climatiques loin d’être exceptionnelles pour la saison, et avec peu de vent et de soleil, notre pays n’a pu s’appuyer pour produire son électricité que sur son solide socle nucléaire et hydraulique, et il a été contraint d’importer de l’électricité des pays voisins la quasi-totalité du temps. L’analyse présentée dans cette étude de la période du 1er au 8 janvier 2021 révèle clairement que notre réseau, autrefois un des plus solides au monde, est sur la voie du déclin avec une diminution de sa capacité de production pilotable qui ne saurait être corrigée par le développement de l’électricité intermittente, solaire et éolienne en particulier. Il faut ajouter à cette faiblesse hivernale la difficulté que nous aurons aussi en période estivale, seulement esquissée en annexe dans cette étude, à compenser la violence des fluctuations de la production photovoltaïque, supposée quadrupler d’ici 2028.

  • Quand des associations attaquent l’état pour « inaction climatique », ou l’hôpital qui se moque de la charité !

    pdfclic

     

     

    Ils sont quatre, « Greenpeace » bien sûr, le « GAFA des associations environnementales mondialisées » via sa branche française, mais aussi la « Fondation Nicolas Hulot », « Oxfam » et « Notre affaire à tous », qui attaquent en justice l’État français pour son inaction climatique, mais sont-ils légitimes ?

  
  
  
  
  

2021 08 11 Reconnaissance UE 20

13ème Université d'Été de Sauvons Le Climat 2021

Agriculture et Climat

Domaine de Roiffé (près de Chinon)
du mardi 2   au vendredi 5 novembre  2021
__________________________

Consultez le programme maj 5 octobre 2021   de cette université

 qui inclut la visite d'une installation de méthanisation chez un agriculteur
et une conférence de Stéphane LE FOLL (ancien ministre de l’agriculture)

_______________________

 Les inscriptions sont ouvertes

(tarifs préférentiels pour les inscriptions anticipées)

Télécharger le   Formulaire d'inscription

________________________

Vous pouvez aussi accéder aux programmes et présentations des 12 universités d’été précédentes

NOUVEAU : Livret "Bonnes Pratiques pour sauver le Climat"

Livret de Claude Jeandron, dans la même collection que
Réchauffement climatique Bonnes questions & vraies réponses

 couverture livre jeandron

 Cliquer ICI pour accéder à la présentation
 et au lien vers le site de l'éditeur (et le bon de commande)

Galerie vidéos SLC

Scénario NEGATEP 2021

 Logo nT V5

 

L'association "Sauvons le climat" publie son scénario énergétique "Négatep". Celui-ci vise à améliorer l'efficacité énergétique sans renoncer à l'efficacité économique et pose donc la question suivante : peut-on abaisser les rejets de CO2 sans altérer le bien-être de la population ni entraîner de dépenses inconsidérées ?

Lien vers la présentation du livre  : Scénario pour réduire les émissions de CO2 de la France d'ici 2050-2060

Lien vers le Communiqué de Presse du 22 octobre 2021 : Actualisation du Scénario NégaTep : Sortir des énergies fossiles c’est possible !

Lien vers les articles déjà publiés pour l'édition NEGATEP 2017

979 10 97174 58 3 Negatep

 

Lien vers les articles déjà publiés pour l'édition NEGATEP 2017

 

Besoin d'un conférencier ?

conferencier

SLC peut vous mettre en relation avec le conférencier dont vous avez besoin.N'hésitez pas à réserver !

Réserver un conférencier

SLC Régions

SLC s'engage tous les jours auprès des régions pour faire progresser les mentalités.