AccueilBase documentaireDe l'écologisme à l'écologie

Communiqué : Retour à la raison sur le nucléaire

  • Publié le 15 novembre 2021
SAUVONS LE CLIMAT

Retour à la raison sur le nucléaire

C'est un bon début Monsieur le Président, mais il faut aller plus loin

Le Président Macron a annoncé dans sa déclaration du 9 novembre la construction de nouveaux réacteurs nucléaires dans notre pays. C'est enfin un signe concret de la fin des visions dogmatiques et idéologiques qui portaient vers un objectif 100% renouvelable utopique et dangereux.

                Sauvons le Climat n'a cessé de le rappeler : la priorité doit être la baisse des émissions de gaz à effet de serre. La première évidence est que la fin de l'usage des énergies fossiles le plus tôt possible est incontournable. La deuxième évidence est que l'électricité doit être substituée, chaque fois que possible, aux énergies fossiles. La troisième évidence est que, en dehors de l'hydraulique dont l'extension sera limitée en France, le nucléaire est le seul moyen de production d'électricité décarbonée, souple et fiable. Il doit être le socle de notre mix énergétique.

Que de temps perdu ces dernières années en discussions stériles qui flattent les peurs irraisonnées de certains.

Que de temps perdu ces dernières années à suivre les modes en s'inspirant des pays infiniment moins performants que la France en matière de gaz à effet de serre.

Que de temps perdu ces dernières années en renoncement aux atouts que la France avait su se construire par le passé.

                RTE a enfin réaffirmé deux évidences dans son étude sur le futur énergétique à horizon 2050 : le besoin en électricité va augmenter fortement et le scenario qui intègre le plus de nucléaire est à la fois le moins émetteur de CO2, le plus fiable pour garantir notre approvisionnement et le moins cher.

                Notre pays doit aller de l'avant avec réalisme et détermination.

                Si nous nous félicitons de l'annonce du Président de la République, Sauvons le Climat propose maintenant d'aller plus loin pour retrouver la fierté de ce que nous sommes, retrouver tous les bénéfices de nos savoir-faire industriels qu'il faut reconstituer après les avoir sapés pendant des années. La France doit être ambitieuse et reconstruire une filière industrielle nucléaire qui puisse répondre aux besoins de disposer d'une base fiable pour un mix électrique diversifié. Elle a su le faire dans le passé. La France doit se redonner des perspectives qui ont tant manqué ces dernières années.

                Ne dimensionnons pas le parc nucléaire de demain aux capacités industrielles d'aujourd'hui. Construisons au contraire les capacités industrielles qui répondent aux besoins très importants de notre futur parc de centrales, mais aussi à une vraie ambition à l’exportation. Ce sera au bénéfice de notre économie et dans l’intérêt général de la lutte contre le changement climatique.

                Ressaisissons-nous vraiment et mettons en place une politique énergétique équilibrée, assise sur une industrie puissante, afin de conserver à la France le socle nucléaire qui en a fait un des pays les plus performants du point de vue climatique.

                La Loi Transition Énergétique pour une Croissance Verte est à réviser profondément pour la concentrer sur le seul objectif de baisse des émissions de CO2. Les textes qui en découlent (la SNBC, Stratégie Nationale Bas Carbone et la PPE, Programmation Pluriannuelle de l’Énergie) devront enfin intégrer des objectifs efficaces et pragmatiques. Les objectifs de fermetures administratives planifiées de réacteurs nucléaires doivent bien sûr être supprimés ainsi que toute référence à un objectif de limitation de la part du nucléaire à 50 %, sans justification technique ni économique.

                Et la France doit peser de tout son poids pour que les politiques européennes reconnaissent pleinement les atouts de l'énergie nucléaire.

Post scriptum : Le Président de la République a reconnu implicitement, par son annonce, la grave erreur de la fermeture des réacteurs de Fessenheim. Nous pouvons inviter les ministres qui avaient cru bon de saluer dans une tribune « une étape historique » à signer une nouvelle tribune dénonçant, comme nous l'avions fait pour notre part, une décision funeste contraire à l’intérêt général qui doit guider les politiques publiques.

 

Copyright © 2021 Association Sauvons Le Climat

COMMUNIQUES