Sauvons le climat en 3 titres :

 NEGATEP 2014, LE scénario d'éco-cohérence des choix énergétiques
"Diviser par 4 les rejets de CO2 dus à l'énergie"

Negatep 2014 en pdf    son résumé      -      L'analyse financière en pdf     son résumé        
    

 9 ème UNIVERSITE D'ETE - Le Creusot - 22 au 24 septembre 2016

"Quel avenir pour le nucléaire au lendemain de l'accord de Paris ?"


Téléchargez le programme
Téléchargez le formulaire d'inscription

     Accédez aux diaporamas et vidéos des universités d'été précédentes

 

FICHES DOCUMENTAIRES DU CONSEIL SCIENTIFIQUE
"Eléments pour une politique raisonnée de l'énergie"

     En 14 articles, les caractéristiques, atouts et inconvénients des différentes sources d'énergie.
        Livre en vente sur Amazon.fr :      Version papier                   Version Kindle

Sauvons Le Climat a lancé la pétition ci-dessous et vous invite, si vous êtes d'accord , à signer à l'adresse: 

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/sortons-charbon/19802

Lettre ouverte à Madame la Ministre de l'environnement de la République Fédérale d'Allemagne,

Madame la Ministre,

Nous voyons à quel point vous êtes soucieuse de la santé de vos concitoyens lorsque vous demandez à vos voisins belges et français d'arrêter quelques centrales nucléaires qui représenteraient un danger potentiel pour vos compatriotes proches de la frontière. Actuellement, toutefois, aucun citoyen allemand n'a vu son état de santé se dégrader du fait des centrales nucléaires belges ou françaises.

Au contraire, la nocivité des émissions toxiques des centrales à charbon et à lignite ne fait aucun doute. C'est ainsi que l'Université de Stuttgart estime le nombre annuel de décès causés par les émissions de ces centrales à 22000 en Europe et 1000 en France. Par ailleurs, elles émettent 300 millions de tonnes de CO2 chaque année ...

En conséquence, Madame la Ministre, nous demandons que la République Fédérale d'Allemagne s'engage à arrêter toutes ses centrales à charbon et lignite d'ici 2022. 

CAP DES 10000 SIGNATURES franchi le  26 mai !!!

 

Liste des 8000 premiers signataires le 18 mai

NB: les signataires sont les seuls responsables de leurs commentaires, qui n'engagent SLC en aucune manière

quelques unes de personnalités ayant signé la pétition

 

Diviser par quatre les rejets de CO2 dus à l’énergie : le scénario Negatep 2012

Pierre Bacher & Claude Acket - Le scénario Négatep - Actualisation 2012

Le scénario Negatep vise, conformément aux objectifs de la loi d’orientation sur l’énergie de 2005, la division par 4 des rejets de CO2, ce qui implique à peu de chose près, de diviser par 4 la consommation de combustibles fossiles.

Outre les économies d’énergie, sans lesquelles le « facteur 4» serait inaccessible, il faut remplacer, le plus possible les combustibles fossiles, par des sources d’énergie non émettrices de gaz carbonique, aussi bien en chaleur directe, que via le vecteur électricité.

La version 2007 du scénario se basait sur des données antérieures à 2006. Depuis, de nombreuses études ont été publiées et plusieurs éléments nouveaux sont intervenus, dont le Grenelle de l’environnement, la directive européenne « énergie – climat » dite « 3 x 20 » et l’engagement spécifique de la France de produire 23 % de son énergie à partir d’énergies renouvelables dés 2020. Force est de constater  que les choix issus du Grenelle de l’environnement pour atteindre ces différents objectifs ne sont pas tous optimisés, faute d’avoir défini et appliqué des critères économiques permettant de rechercher les meilleurs compromis coût/bénéfice.

Une réévaluation de Négatep s’imposait : c’est l’objet de Negatep 2010 qui confirme les grandes orientations de Negatep 2007. Pour atteindre l’objectif facteur 4, l’étude montre qu’il faut :

- Pratiquement supprimer le pétrole et le gaz dans le résidentiel et le tertiaire. Les moyens existent, en combinant une meilleure isolation, les énergies renouvelables chaleur associées ou non à des pompes à chaleur, et l’électricité directe exploitée intelligemment. Le problème majeur est le financement, dont les difficultés devraient conduire à rechercher systématiquement les voies les moins coûteuses.

- Réduire très fortement le pétrole pour les transports. Il s’agît là d’une double révolution : repenser la mobilité (transports en commun, fret) et remplacer le pétrole par l’électricité,  soit directement dans des véhicules hybrides rechargeables ou électriques, soit  en apportant tout ou partie de l’énergie nécessaire à la synthèse des biocarburants.

- Limiter sérieusement les combustibles fossiles dans l’industrie. Ceci implique notamment des modifications de procédés (et donc des investissements lourds).

- Augmenter fortement la part de l’électricité dans le mix énergétique, maintenir la part de l’énergie nucléaire dans la production d’électricité et, tant que des moyens économiques de stockage n’auront pas été développés,  limiter la part des électricités intermittentes au niveau que le réseau électrique peut supporter sans augmenter les capacités des centrales à gaz.

 

L’étude montre que les voies proposées peuvent permettre d’atteindre les objectifs 2020 du Grenelle de l’environnement, mais on constate que les moyens proposés pour y parvenir sont assez sensiblement différents de ceux retenus dans la loi Grenelle 1 de 2009.

 

Voir ou télécharger le document complet en pdf

Voir ou télécharger le document pdf sur l'analyse financière du scénario Negatep

Informations supplémentaires