AccueilPrésentationEtudes scientifiquesLe vent souffle où [et quand] il veut

Etudes scientifiques

Le vent souffle où [et quand] il veut

  • Publié le 16 février 2011

Index de l'article

SLC
  • Electricité
  • Eolien et solaire

 

« Le vent souffle où [et quand] il veut » : Une analyse de la production électrique française - Septembre-Décembre 2010

Analyse préliminaire[1] « Sauvons le Climat »

 

Préambule sur le document  « Le Vent souffle où [et quand] il veut »

L’association « Sauvons le Climat » (SLC) met en circulation ce document d’analyse de l’ensemble des données extraites du site « éCO2mix » de RTE (Réseau de Transport d’Electricité) pour la période allant du 1er Septembre au 31 Décembre 2010. Ce document apparait avec la mention « Analyse préliminaire ». Le choix de ce qualificatif a  deux raisons.

Tout d’abord, l’analyse ne porte que sur les quatre derniers mois de 2010 alors que RTE a rendu les données disponibles au public depuis le début du mois de juillet. Un semestre de données est donc en principe disponible, correspondant à une période d’étude plus adaptée à une analyse significative, puisque portant sur deux saisons consécutives, l’une chaude, l’autre froide. Malheureusement pour conduire une étude complète, il nous manque encore les fichiers du 1er au 9 juillet inclus ainsi que ceux des 11,12 et 13 Aout.  Nous sommes actuellement à la recherche de ces fichiers de façon à effectuer une analyse portant sur la seconde moitié de l’année 2010.

On doit se réjouir de l’initiative de RTE de fournir au public français un ensemble très complet de données en temps réel. En particulier, alors que ces informations sont fournies depuis des années en Allemagne, au Danemark et en Espagne, pour la première fois en France, on peut disposer de chiffres de production pour une énergie intermittente que les consommateurs sont tenus de subventionner par une obligation d’achat à tarif élevé[2]: l’éolien. Cependant, après analyse, il apparaît que les informations qu’on peut extraire du site éCO2mix sont imparfaites. Nous discutons plusieurs exemples d’incohérence dans l’appendice A.VI du document. On peut aussi vérifier que des informations fournies par ailleurs par RTE contredisent certaines des valeurs extraites du site. Ainsi on constate que RTE annonce un record de production éolienne à 4,2GW le 12 Novembre à 18h30 (voir bilan RTE « l’Energie Electrique en France en 2010 ») alors que la lecture des fichiers éCO2mix montre pour cette période une production qui n’excède pas 3,74 GW et, par contre, ce même fichier annonce une puissance de 3,9GW à 3h30. De même, le journal « Enerpresse » du 17 Décembre, citant RTE, annonce un record absolu de consommation de 96,35 GW pour ce jour à 19h alors que RTE dans son bilan 2010 donne pour la même date un record de 96,71 GW, soit à nouveau une différence de près de 400 MW. Ces imprécisions ainsi que certaines incohérences sur les colonnes « Charbon » et « Hydraulique » (qui peuvent s’élever jusqu’à 1GW ; voir appendice A.VI) nous font espérer que des données analytiques corrigées par RTE de tous ces défauts seront bientôt mises à disposition du public, permettant ainsi à ce dernier de se former une opinion sur la base de chiffres validés.

Dans l’attente de la résolution de ces deux types de problème (ou d’une rencontre avec RTE permettant une réponse à nos interrogations), le collectif SLC entend poursuivre des analyses « préliminaires » dans l’esprit de ce document et sur la base des données actuellement livrées par RTE.

Résumé

Ce document analyse l’ensemble des données mises à disposition sur le site de RTE concernant la production et la consommation électrique de l’hexagone de Septembre à Décembre 2010. Il montre que, comme attendu, tous les moyens de production pilotables jouent un rôle coordonné dans la couverture des besoins en puissance appelée. L’analyse de la puissance éolienne montre une efficacité moyenne de 23% associées aux fortes fluctuations typiques de ce type de production intermittente. Les distributions temporelle et énergétique de puissance éolienne livrée au réseau ne sont pas reliées aux besoins accrus d’électricité de la société pendant cette période automnale marquée par plusieurs vagues de froid.

 

Imprimer E-mail