Appel aux candidats à l’élection présidentielle

en faveur d’un grand absent :

LE PROBLEME DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

 

Au cours des nombreux débats qui rythment la campagne présidentielle, les candidats semblent d’accord sur au moins un point : ne pas parler sérieusement du réchauffement climatique.

Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, la catastrophe de Fukushima n’a eu que peu d’influence sur le maintien ou le développement de la production d’électricité nucléaire dans le monde. Seule l’Allemagne a, immédiatement, arrêté définitivement environ un tiers de ses réacteurs. Par contre, elle a eu un rôle très clair dans l’établissement de la chape de silence qui recouvre désormais la question des émissions de gaz à effet de serre. Ce pays qui se veut un parangon de vertu écologique (bien que chaque allemand émette 70 % de CO2 de plus que chaque français) s'apprête à fermer tous ses autres réacteurs d’ici 2022, tout en sachant que le  recours à des énergies intermittentes  implique de brûler du charbon et d'augmenter les GES.

Aux Etats Unis, où le réchauffement climatique est le cadet des soucis, la production d’un gaz de schiste bon marché a freiné sinon arrêté la renaissance prévue du nucléaire, le lobby gazier utilisant évidemment les peurs provoquées par les évènements du Japon. On comprend naturellement que les Japonais, traumatisés par la destruction de 3 réacteurs à Fukushima prennent le temps de la réflexion avant de redémarrer leurs autres réacteurs. En attendant ils sont contraints de produire la presque totalité de leur électricité grâce à des centrales brûlant des combustibles fossiles.

Il résulte de tous ces dérapages  que la barre symbolique d’une concentration de CO2 dans l’atmosphère de 400 ppm va être très prochainement franchie, notoirement plus tôt que ce qui était prévu au moment de la conférence de Copenhague.

La France n’a-t-elle plus rien à dire sur le sujet ? C’est ce que semblent penser les candidats à la Présidence de la République, à en juger par leur extrême discrétion.

 

Nous leur demandons donc de rompre ce silence  incompréhensible en prenant des engagements précis pour la France :

- Refuser de voir augmenter la production d’électricité d’origine fossile

- Décourager l’usage du chauffage au fioul et au gaz

- Encourager fortement la transition vers l’électricité dans les transports publics et individuels.

Parmi les pays développés la France est un de ceux qui a les meilleures performances en matière d’émission de CO2. Elle doit jouer à fond cet avantage par souci écologique, mais aussi par intérêt économique bien compris en prenant sans complexe la place de leader incontesté en termes de  développement des usages et de la production d’électricité décarbonée (électricité renouvelable et nucléaire), passage obligé vers une économie à bas carbone.

Un dividende non négligeable d’une telle politique sera d’amortir le choc inévitable que ne manquera pas de produire l’augmentation considérable du prix des combustibles fossiles qui se profile à l’horizon..

 

Vous pouvez vous aussi soutenir cette action en vous rendant sur notre interface http://petitions.sauvonsleclimat.org/ pour signer cet appel.

 

Premiers signataires de l'Appel :

NOM  Prénom TITRE 
Nifenecker Hervé Président d'honneur de "Sauvons le Climat"
Queré  Yves  Academie des sciences
Gaudiin  Thierry Ingénieur Général des Mines honoraire
Solomon Ionel Academie des sciences
Brechet Yves  Academie des sciences
Brezin Edouard Academie des sciences
Delaporte Pierre  Président d'honneur EDF
Rocard Michel Ancien Premier Ministre
Petit  Michel Ancien Président de la Société Française de Météorologie
Poitou  Jean Climatologue
Fouan Jérôme Physicien
Masurel  Jacques Président de "Sauvons le Climat"
Donnadieu  Gérard  Ancien membre du Conseil Economique et  Social
Masse  Roland Académie des Technologies
Wirth Didier Président  du Comité des Parcs et Jardins de France
Klapisch Robert Président de la Fondation "Partager le Savoir"
Guillaumont Robert Academie des Sciences
Guezenec Jean-Yves Ingénieur
Joliot Pierre  Académie des Sciences
Langevin Héléne Présidente de l'"Union Rationnaliste"
Balibar Sébastien Academie des Sciences
Cesarsky Catherine Haut commissaire au CEA
Boiteux Marcel Président d'honneur EDF
Savarese Stefan Directeur technique et commercial
Marot Antoine Expert en financement  international de projets énergétiques
Pierre  Gérard  Professeur émérite des Universités
Dutheil Françoise Fondatrice Ecologie Radicale
Jancovici Jean-Marc Consultant
Bamberger Yves  Conseiller scientifique du Président d'EDF
Ruelle  Gilbert Académie des Technologies
Jérôme Denis Academie des Sciences
     
Cailletaud Marie-Claire Responsable syndicale

 

          

FONCTIONNEMENT DE L'ASSOCIATION

transition

Quelle transition énergétique ?

La question de la transition énergétique est-elle bien posée dans les débats actuels ?

Par Sébastien Candel, Yves Bréchet, Edouard Brézin, Marc Fontecave, Jean-Claude André, Roger Balian, Sébastien Balibar, Yves Bamberger, Catherine Césarsky, Vincent Courtillot, Jean-Claude Duplessy, Pierre Encrenaz, Robert Guillaumont, Pierre Joliot, Guy Laval, Olivier Pironneau, Michel Pouchard, Paul-Henri Rebut, Didier Roux, Jean-Marie Tarascon. Ces membres du Comité de prospective en énergie de l’Académie des sciences expriment ici leur opinion à titre personnel.

http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/lpdv_190417.pdf

Plaquette SLC

plaquette slc

Galerie vidéos

Scénario NEGATEP

scenario negatep

Besoin d'un conférencier ?

conferencier

SLC peut vous mettre en relation avec le conférencier dont vous avez besoin.N'hésitez pas à réserver !

Réserver un conférencier

SLC Régions

SLC s'engage tous les jours auprès des régions pour faire progresser les mentalités.