SLC
  • Changement climatique
  • Electricité
  • Energie dans les transports
  • Gaz à effet de serre
  • Nucléaire
  • Climat
  • Science et technologie
  • Combustibles fossiles
  • Eolien et solaire
 

Communiqué de presse : Le Projet Socialiste et le réchauffement climatique.

Le bureau national du parti socialiste vient de faire connaître son « Projet pour la France ». Se voulant politiquement neutre « Sauvons le Climat » ne saurait se prononcer sur l’ensemble de ce programme. C'est cependant son rôle de porter une appréciation sur les propositions de ce programme qui concernent la lutte contre le réchauffement climatique, ou qui ont des incidences évidentes sur les émissions de gaz à effet de serre. Nous avons été très surpris de voir que la lutte contre le réchauffement climatique n’y est pas mentionnée. Nous n’avons trouvé nulle part le terme « effet de serre ». Pourtant, le récent rapport de la Mission d’Information sur l’Effet de Serre, présidée par un député PS (Jean-Yves Le Déaut), comporte dès le premier paragraphe la phrase suivante: « tous les députés, membres de la mission parlementaire, partagent une même conviction, le changement climatique constitue la plus grande menace du XXIème siècle. »

Le parti Socialiste peut-il ignorer un défi présenté comme majeur par tous ceux de ses députés qui ont participé à la mission ? Les militants sont invités à enrichir le projet. Espérons qu’ils sauront le faire, en particulier, sur ce point.

Le Parti Socialiste retient-t-il l’objectif de division par 4 des rejets de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 ? Si oui, que propose-t-il de faire pour l’atteindre ? Si non, se fixe-t-il un autre objectif ? Lequel ?

Le projet du PS mentionne des objectifs qui sont incontestablement pertinents : économiser l’énergie, développer les transports en commun, encourager les transports collectifs « propres », développer les énergies renouvelables, appliquer une fiscalité écologique au volet énergie. Il est vraisemblable que tous les partis aspirant à nos suffrages proposeront de tels objectifs, et c’est heureux. Il lui faut donc les préciser de façon plus quantitative pour les rendre véritablement crédibles.

Quelle logique justifie la proposition de réduire la part du nucléaire ? La production d'énergies renouvelables est limitée pour des raisons physiques et économiques. Par la force des choses, la proportion de ces énergies qui serait affectée à la diminution du nucléaire ne serait pas disponible pour réduire la consommation d’énergie fossile. Il ne saurait, en effet, y avoir compétition entre énergie nucléaire et énergies renouvelables: elles sont complémentaires pour recourir de moins en moins aux énergies fossiles.

L’électricité sera probablement appelée à jouer un rôle de plus en plus important (par exemple pour alimenter nos véhicules en énergie) mais devra impérativement être produite sans émission de gaz à effet de serre. A cet égard, il convient de mentionner qu’en Allemagne les électriciens s’apprêtent à relancer le charbon si le gouvernement persévère dans son souhait de « sortie du nucléaire ». Même si des slogans nous invitent à ne pas choisir entre la « peste fossile et le choléra nucléaire », les ordres de grandeur nous obligent, que nous le voulions ou pas, à alimenter nos centrales soit en matériaux fissiles, soit en combustibles fossiles générateurs de gaz à effet de serre. Rappelons que 38 réacteurs sur 58 ont été mis en service sous la présidence de François Mitterrand. La politique poursuivie par le parti socialiste quand il était au pouvoir a permis à notre pays d’alléger considérablement sa dépendance aux combustibles fossiles et de prendre de l’avance en matière de baisse des émissions de gaz à effet de serre. Les socialistes vont-ils renoncer à une telle politique, alors que le risque d’un changement climatique grave ne cesse de se préciser ?

Pour « Sauvons le Climat » une politique ambitieuse de réduction des émissions de gaz à effet de serre doit s’engager en urgence dans les directions suivantes:

1. Abandonner aussi rapidement que possible l’usage du fioul, du gaz et du charbon pour le chauffage des bâtiments. Ceci pourrait être largement engagé dans la prochaine législature en mettant hors la loi les chaudières à fioul, à gaz et à charbon. En fin de vie, celles-ci devraient donc être obligatoirement remplacées par des systèmes non émetteurs de gaz carbonique(bois-énergie, chauffage solaire, pompes à chaleur, puits canadiens, chauffage électrique).

2. Poursuivre et amplifier les actions déjà engagées visant à améliorer les performances thermiques des habitations avec un effort tout particulier à l’égard du bâti ancien.

3. Ne pas accepter l’augmentation (en réalité, déjà en cours) des émissions dans le secteur de la production électrique. Toutes les nouvelles installations devraient remplir une condition de très faible émission nette de gaz carbonique, c’est à dire qu’elles devraient mettre en oeuvre des énergies renouvelables ou nucléaires, ou encore des énergies fossiles sous condition de capture et séquestration du gaz carbonique.

4. Diminuer la dépendance des transports à l’égard du pétrole en développant, indépendamment des transports en commun, l’utilisation de véhicules électriques ou hybrides rechargeables (généralisation de places de parking dédiées avec borne de recharge, mise en place d’un système d’échange standard de batteries etc.). Taxer les véhicules neufs en fonction de leurs rejets de gaz carbonique comme cela avait été envisagé mais non mis en oeuvre. Sécuriser les déplacements doux comme le vélo.

5. Utiliser les déchets organiques, en particulier agricoles, pour produire directement de l’énergie ou des bio-carburants.

6. Limiter l’emploi des engrais azotés en agriculture au strict nécessaire, les oxydes d’azote étant de puissants gaz à effet de serre.

7. Relever progressivement la fiscalité sur tous les combustibles fossiles, faute de quoi les mesures « techniques » engendreraient facilement un effet de vases communicants.


Sauvons le Climat adjure tous les partis politiques de mettre enfin sur pied un programme sérieux de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Ceci aura, de plus, comme conséquence heureuse de diminuer notablement la dépendance de notre pays à l’égard du pétrole et du gaz. Nous pourrons ainsi nous positionner, sur le plan mondial, comme un pays leader dans la lutte contre le dérèglement climatique dont l’importance dominera de plus en plus les relations politiques et économiques internationales.

COMMUNIQUES

transition

10ème Université d'Eté de SLC - Sauvons Le Climat

Les Houches – Chamonix 5, 6 et 7 octobre 2017

Thème : L’adaptation au changement climatique

 

Visites et conférence préliminaire le 5 octobre (Chamonix)

Université d’été les 6 et 7 octobre (Les Houches)

Sauvons Le Climat tiendra son université d’été de 2017 les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 octobre à Chamonix et aux Houches. Le thème en sera l’adaptation au changement climatique.

Le programme couvre les aspects globaux et les aspects locaux.

Le jeudi 5 vous sont proposés un programme de visites l’après-midi et une conférence en soirée.

→ Voir le programme détaillé

→ S’inscrire

 

Plaquette SLC

plaquette slc

Galerie vidéos

Scénario NEGATEP

scenario negatep

Besoin d'un conférencier ?

conferencier

SLC peut vous mettre en relation avec le conférencier dont vous avez besoin.N'hésitez pas à réserver !

Réserver un conférencier

SLC Régions

SLC s'engage tous les jours auprès des régions pour faire progresser les mentalités.