Einstein et les préjugés

 

Einstein visionnaire, nous le savions. Mais en écrivant cette phrase, pensait-il qu'elle s'appliquerait si justement à l'action de l'Homme sur le Climat ?

 

Un préjugé qui a la vie dure, chez certains, c'est que l'homme est trop faible, trop petit, pour pouvoir modifier le climat de la terre à l'échelle globale.
De fait, nous ne savons produire que très peu d'énergie à la fois. Même les plus meurtrières des bombes atomiques libèrent une énergie infime par rapport à un tsunami, à un cyclone, à une éruption volcanique, à un séisme ... !
La nature est de loin la plus forte. Dans ses actons instantanées, l'homme est impuissant face aux forces de la nature.

Le problème est que l'homme accumule depuis deux siècles des déchets gazeux dans l'atmosphère, tel le tristement fameux CO2 ; et c'est cette accumulation,  très rapide par comparaison aux échelles de temps géologiques naturelles, qui finit par produire un effet important.
Pour conforter ce préjugé et
impressionner le profane qui n'a pas la connaissance fine du problème, des arguments variés sont utilisés.  Basés sur une connaissance approximative et une simplification outrancière des phénomènes en jeu, ils sont d'autant mieux acceptés qu'ils s'apparentent à une salutaire vulgarisation...

 

Le réchauffement global se poursuit

L'Académie des Sciences affirme la réalité du rôle actuel de l'homme sur le climat

Retour à l'accueil

Informations supplémentaires