Sauvons le climat en 3 titres :

 NEGATEP 2014, LE scénario d'éco-cohérence des choix énergétiques
"Diviser par 4 les rejets de CO2 dus à l'énergie"

Negatep 2014 en pdf    son résumé      -      L'analyse financière en pdf     son résumé 

nos UNIVERSITES D'ETE
celle de 2016 : "Quel avenir pour le nucléaire au lendemain de l'accord de Paris ?"
Accédez aux diaporamas et vidéos de nos universités d'été


FICHES DOCUMENTAIRES DU CONSEIL SCIENTIFIQUE
"Eléments pour une politique raisonnée de l'énergie"

     En 14 articles, les caractéristiques, atouts et inconvénients des différentes sources d'énergie.
        Livre en vente sur Amazon.fr :      Version papier                   Version Kindle

La question de la transition énergétique est-elle bien posée dans les débats actuels ?

Par Sébastien Candel, Yves Bréchet, Edouard Brézin, Marc Fontecave, Jean-Claude André, Roger Balian, Sébastien Balibar, Yves Bamberger, Catherine Césarsky, Vincent Courtillot, Jean-Claude Duplessy, Pierre Encrenaz, Robert Guillaumont, Pierre Joliot, Guy Laval, Olivier Pironneau, Michel Pouchard, Paul-Henri Rebut, Didier Roux, Jean-Marie Tarascon. Ces membres du Comité de prospective en énergie de l’Académie des sciences expriment ici leur opinion à titre personnel.

http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/lpdv_190417.pdf

Réflexions sur les aspects énergétiques de l’accord EELV / PS

 

L’accord intervenu entre le Parti Socialiste et les Verts a suscité de graves inquiétudes. Il laisse en effet penser que l’avenir de la production d’électricité en France a été redéfini sans tenir compte de ses conséquences inéluctables, notamment pour notre contribution à la maîtrise de l’évolution du climat.

Le petit groupe qui a négocié cet accord a agi sans aucune concertation préalable alors même que certains de ses membres avaient été les premiers à dénoncer l’absence de débat précédant la mise en place puis la confirmation du programme nucléaire français[1]

Il aurait été légitime de faire précéder ces discussions d’un tour de table associant les opérateurs industriels du secteur, les organisations syndicales, les institutions scientifiques compétentes comme la Commission Nationale d’Evaluation, l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST), ou encore les Sociétés Savantes et les ONG sans parti pris. Mais… même les experts socialistes en énergie et climatologie n’ont pas eu l’occasion de se prononcer.

Sauvons le Climat constate par ailleurs que la seule perspective de savoir que le prochain Président de la République pourrait imposer un changement radical de la politique française en matière d’énergie nucléaire, décrédibilise ce secteur industriel et risque d'avoir de graves répercussions sur son avenir. C’est d’ailleurs la première fois qu’apparait une telle situation, d’autant plus préoccupante que la France dispose avec cette filière d’excellence d’un leadership mondial et d’une contribution très positive à sa balance commerciale.

A l’échelle mondiale, et fort heureusement pour le climat, l’accord hexagonal EELV-PS ne menace pas le développement de la production d’électricité nucléaire car une centaine de réacteurs seront quand même construits dans les 10 ans à venir. Seule l’industrie nucléaire française et ses conceptions en matière de sûreté vont souffrir. Par la faute de cet accord la France risque de voir le marché du nucléaire trusté par les Russes, les Coréens du Sud, les Chinois, les Japonais (mais oui !), voire les Indiens. Pendant que ceux-là enregistreront des commandes et prépareront le nucléaire du futur, la France achètera du gaz et augmentera ses rejets de CO2…

Sauvons le Climat relève dans un article paru dans un quotidien du soir que le candidat Hollande semble avoir pris conscience de la nécessité de corriger certains effets désastreux de l’accord conclu avec EELV. Tout porte cependant à croire que cette déclaration sera seulement une bonne communication électorale, mais insuffisante si elle n’est pas suivie d’autres prises de position claires et d' engagements fermes.

A cet effet Sauvons le Climat suggère au Candidat et aux experts qui le conseillent, de se prononcer sans ambiguïté sur le scénario Negatep , qui montre qu'il existe des options plus favorables à notre pays permettant de n’abandonner ni l’équité sociale, ni l’industrie, tout en restant dans le cadre de nos engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Informations supplémentaires