19 réacteurs électronucléaires à l’arrêt

alt19 réacteurs électronucléaires à l’arrêt

Peser les différents risques de façon équilibrée

 

Sauvons Le Climat (22 novembre 2016)

 

La situation de la production du parc électronucléaire français est actuellement la suivante :

  • 10 réacteurs sont à l’arrêt pour maintenance et rechargement du combustible et doivent reprendre le service d’ici la fin novembre,
  • 4 réacteurs sont engagés dans des opérations lourdes et ne seront pas disponibles cet hiver,

A ces 14 réacteurs arrêtés, s’ajoutent 5 autres réacteurs en attente d’autorisation de redémarrage par l’ASN (Autorité de Sureté du Nucléaire).

EDF dénombre ainsi 19 réacteurs à l’arrêt actuellement.  

En outre EDF, à la demande de l’ASN, a proposé l’arrêt de 5 autres réacteurs pour des durées de 3 semaines à des fins de contrôle, à des dates de fin d’année 2016- début 2017.

La mise à l’arrêt de ces 5 réacteurs est justifiée par des interrogations sur le comportement de gros composants, les générateurs de vapeur (GV), de réacteurs en fonctionnement.

L’ASN explique ses exigences par l’existence de zones où la concentration en carbone dans le bas des générateurs de vapeur excèderait les normes ; les risques induits sur l’intégrité du GV et au-delà sur la sûreté du réacteur sont évalués par des analyses approfondies.


SLC n’a pas la connaissance détaillée du dossier et ne possède pas les compétences indispensables à une appréciation valable. SLC ne portera donc aucun jugement technique mais pose la question de l’urgence de ces arrêts. Enfin sur le plan formel, SLC demande que toute la clarté soit faite sur le plan du respect des procédures de contrôle que la presse a qualifié de « falsifications » : quels dossiers incriminés, pourquoi si tard, « avalisés » par quelles instances, pour quelles raisons, … ? De fait, ces apparentes entorses à l’Assurance de la Qualité sont lourdes d’un possible discrédit de toute l’industrie nucléaire française (d’autant que rien n’est dit de problèmes similaires à l’étranger).


L’autre aspect des difficultés créées par la sortie du réseau d’une partie importante du parc de réacteurs est la réduction considérable de la capacité de production électrique.

A l’entrée de la saison froide ce défaut de capacité pourrait entraîner l’impossibilité pour EDF d’une compensation par ses propres moyens et surtout au-delà l’impossibilité de retrouver par des importations le niveau de production nécessaire. Cette situation peut entraîner des délestages tournants effectués à l’initiative de RTE ; si ces opérations sont mal maîtrisées, la dégradation peut aller jusqu’à la rupture d’alimentation électrique (black-out) du pays.

Un tel évènement aurait des répercussions extrêmement graves sur de nombreux secteurs de notre société, chauffage, transports, systèmes de santé…

Au-delà de ce risque, il faut considérer les conséquences sanitaires et environnementales de cet arrêt massif de la puissance nucléaire en période hivernale ; en effet il sera nécessaire de compenser cette perte, en tout ou partie, par des centrales à flamme, qui seront essentiellement des centrales à charbon situées en Allemagne. D’après des études réalisées par l’université de Stuttgart, les poussières émises par ces centrales causent des maladies pulmonaires entraînant des milliers de morts par an en Allemagne, et même un millier de morts dans l'est de la France.

L'arrêt massif de nos centrales nucléaires en hiver entraînerait ainsi quelques milliers de morts prématurées supplémentaires.

De plus les émissions de CO2 dans l'atmosphère vont encore augmenter alors qu'il existe une urgence climatique pour la diminuer.


Devant la nature et l’ampleur de ces sujets, SLC a voulu s’exprimer en tant qu’association de citoyens. SLC demande aux organismes concernés, ASN et IRSN comme EDF et AREVA, de faire face à cette situation particulièrement difficile avec un esprit de responsabilité sans faille : éviter notamment qu’un excès de précaution dans le traitement des problèmes techniques des GV et de la sûreté des réacteurs entraîne un excès de risque sur la continuité du réseau avec un black-out aux conséquences dramatiques.

Informations supplémentaires